Le Manoir est une communauté intentionnelle québécoise à revenu partagé. Elle fournit le logement à ses membres (sous la forme d'une seule habitation collective) ainsi qu'une nourriture saine et éco-responsable (cultivée principalement sur place). Elle offre à ses membres un environnement social différent, où s'expérimentent de nouvelles manières de vivre ensemble.

Le but du groupe du Manoir est d’avoir un impact sur les gens et les communautés, en faisant la promotion de pratiques collectives et de modes de vie et de pensées qui favorisent la justice sociale et la protection de la nature, tout en permettant à ses membres de s'épanouir et de développer leurs pleines potentialités.

La vision que nous avons pour la communauté du Manoir est un équilibre entre ces 5 principes.

Vie de groupe: la synergie entre le soi et le nous

Ce qui tient notre groupe ensemble, c’est l’engagement des uns envers les autres, l’entraide, le partage et la coopération qui construisent des relations humaines basées sur la confiance.

Concrètement, cela s'illustre par:

  • Notre communauté, à terme, est constituée de 12 à 30 membres: nous souhaitons rester un petit groupe, car cela permet d’entretenir un lien entre chacun-e des membres. Il y a aussi assez de personnes pour permettre une diversité des opinions et intérêts.
     

  • Nous habitons toutes et tous dans une maison collective. Chacun-e de nous a une chambre, mais cette proximité favorise la rencontre de l'autre. Nous mangeons ensemble à presque tous les dîners et soupers. Nous partageons les lieux, les outils et objets, les rêves et le temps, nos énergies et nos compétences, nos bonheurs et nos malheurs. C’est ce qui fait qu’on est si proche.
     

  • On a envie de co-créer, de chercher ensemble. D'une part, chacun s'engage envers l'autre, la communauté se soutient, on embrasse les conflits et on se donne l'espace pour les régler. On place au centre de toute résolution de conflit le respect de chacun, la reconnaissance, la confiance que chaque personne fait de son mieux. D'autre part, on est là pour s'aider, s'encourager, se consoler, rire ensemble. On a le souci, ou l'envie, de se sentir utile, de s'accompagner mutuellement dans notre cheminement.
     

  • Safer space: La communauté intentionnelle du Manoir a un objectif anti-oppression. Du travail y est effectué pour que ses membres, et les gens qui y viennent, se sentent en sécurité, et trouvent des alliés et un soutien, ainsi qu’un espace où ils et elles peuvent soulever des questions d’oppression. Des mécanismes peuvent être mis en place pour les désamorcer, tout en restant attentif à leurs effets.
     

  • Nous avons une boîte à outils bien garnie pour faciliter la communication et l’entretien de relations saines et honnêtes. Par exemple, tous-tes nos membres sont formé-e-s en communication non-violente. Également, nous avons régulièrement des cercles d’empathie (ou chacun-e est libre de partager ce qu’il ou elle ressent), ainsi que des cercles de rétroaction ou de validation (ou chacun reçoit une reconnaissance de ses forces et de son apport au groupe ou aux autres membres) et des cercles restaurateurs. Les gens qui le souhaitent peuvent recevoir un soutien pour “régler” un conflit, auprès d’un autre membre, d’un comité de médiation, ou d’une personne extérieure.
     

  • Folie, plaisir et jeu, célébration et gratitude: Nous croyons que ce sont des conditions essentielles pour être VIVANTS. Un espace-temps éclaté et coloré est entretenu, grâce au jeu, à la musique, à la danse, à des soirées de création ou à des matins de célébration, à l'aventure ou au cocooning, par des fêtes organisées ou des activités spontannées, on reconnait l'abondance de la vie et on entretien l'équilibre qui fait du groupe un milieu sain et stimulant. Merci la vie!

Justice sociale

La chance pour tous et toutes de s’épanouir et d’accéder à ses potentialités. Tous les êtres humains ont les mêmes droits et cette égalité de droit doit se traduire en égalité de fait, afin que toutes et tous puissent participer au monde dans lequel illes souhaitent vivre, de manière égale en fonction de leurs forces et intérêts. Nous considérons la lutte contre les inégalités, la dénonciation de toute forme de discrimination, le refus de l'exploitation des un-e-s par les autres, comme partie intégrante et cohérente de la démarche vers cet idéal.

Concrètement, cela s’illustre par:

  • Un processus de décision participatif et non-hiérarchique. Le but est de favoriser l'égale distribution du pouvoir entre les membres, l'autogestion et le partage des responsabilités. Notre boîte à outils comprend le consensus formel, le consentement, la sociocratie. Nous partageons avec les anarchistes des pratiques d’autogestion et de démocratie directe. Ya Basta!
     

  • Le partage des revenus de tous les membres de la communauté . Nous nous définissons en tant qu’anti-capitalistes puisque nous remettons en question la propriété privée et luttons contre l’appropriation des profits par une classe dirigeante: celle-ci est à l’origine des inégalités sociales.
     

  • La conception de base qu’une heure travaillée vaut une heure. C’est inspiré d’une vision égalitaire et féministe parce qu’entre autre, ça inclut le travail invisible (vaisselle, cuisine, soin des autres). La contribution des membres se fait en heures et non pas en argent. Cela évite des déséquilibres de pouvoir entre les individus liés au capital économique
     

  • Un activisme politique et social dans la communauté élargie (famille, rang, village, ville, province, état, pays, monde, l’arbre est dans ses feuilles). Le choix de vivre en communauté intentionnelle n'a pas pour but de créer un petit univers coupé du reste du monde, un petit paradis isolé d'une humanité en décadence. C'est un outil politique, c'est une force collective, un réservoir de réflexion et une équipe de militant-e-s prêt-e-s à se mobiliser pour préserver la nature et la justice sociale. Cela peut prendre plusieurs formes dont: analyse critique de l’actualité, participation à des manifestations, théâtre de rue, actions de désobéissance civile, lettres d’opinion, etc.

Nature

Nous considérons que notre responsabilité en tant qu’habitant-e-s de cette planète unique et improbable est de protéger et valoriser son caractère exceptionnel. Ainsi, nous visons non seulement à avoir une empreinte neutre, mais nous voulons faire en sorte que la trace que nous laissons contribue au foisonnement et à l’expansion de la vitalité, dans sa beauté et sa diversité. Le mode de vie que nous souhaitons partager en est un qui nourrit la relation avec la nature que nous avons en tant qu'être humain, et le choix de vivre ensemble se veut un moyen de mettre en application des pratiques plus respectueuses de l'environnement.  

Concrètement, cela s'illustre par:

  • Le fait que notre communauté se situe en campagne québécoise. Les terres agricoles se perdent de nos jours, transformées en résidences secondaires de luxe ou pour les jeunes retraités qui importent la vision banlieusarde au développement des villages. Y bâtir une communauté, un modèle différent, vise à contrer ces tendances.  Nous voulons vivre près de la nature (campagne/forêt) pour garder notre connexion avec elle vivante, et pas juste pour ses beaux paysages.
     

  • L’adoption d’une tendance pas mal “rétro”: la simplicité! Nous désirons diminuer notre empreinte écologique. Pour nous, ça veut dire opter pour “moins de biens, plus de liens”. C’est questionner nos “besoins réels”. C’est chercher à faire, échanger, trouver, partager ce dont on a besoin. C'est opter pour le choix durable.
     

  • Nous élevons des animaux qui assurent un rôle dans le cycle de croissance de nos légumes. Nous compostons nos déchets organiques, nous n'utilisons que des toilettes à compost, nous intégrons notre consommation d'eau à son cycle naturel, parce que nous souhaitons réintégrer notre mode de vie à son milieu et à ses cycles. Nous sommes inspirés par les principes de la permaculture, et intégrons à nos pratiques les réflexions sur l'empreinte écologique, la règle des 3RV et la décroissance.
     

  • Nous favorisons la construction et la rénovation écologique. Cela inclut des réflexions sur la nécessité de bâtir, une taille de bâtiment et de pièces qui soit en adéquation avec nos besoins réels, un choix de matériaux qui tiennent compte des ressources disponibles localement et de l'impact social et environnemental de leur extraction, de leur utilisation et de leur fin de vie, un choix de méthodes de construction qui fasse appel à des techniques plus traditionnelles ou "démocratiques"/participatives.

Autonomie (collective)

Le monde actuel nous rend dépendants (technologies, pétrole, épicerie... amour!). Pour nous, l’autonomie signifie la liberté de choisir. Notre conception de la liberté est intimement liée au principe de responsabilité, à celui de “pouvoir sur soi-même”: indépendance, souveraineté, autodétermination, autosuffisance, auto-gouvernance. L’autonomie dont nous parlons ici est celle du groupe, et fait référence à notre capacité collective de choisir notre mode vie.

Concrètement, cela s’illustre dans ces différentes sphères:

  • L’autonomie alimentaire: Nous produisons et transformons une bonne partie de notre nourriture. Nous jardinons de façon biologique, nous cueillons des fruits et des champignons, nous pêchons, chassons et trappons. Nous achetons le moins possible de produits alimentaires transformés. Nous ne souhaitons pas produire absolument tout ce que nous consommons, alors nous échangeons nos produits et services avec des producteurs-trices locaux-ales qui partagent nos valeurs;
     

  • L’autonomie énergétique: Nous voulons radicalement changer notre mode de vie pour diminuer notre consommation d’énergie. Le simple fait de vivre ensemble y travaille. Nous désirons que notre résidence principale soit déconnectée du réseau d’électricité, pour favoriser la source d'énergie la plus écologique: le négawatt. Nous voulons utiliser différentes technologies pour prendre avantage des ressources réutilisables, gratuites et accessibles. À moyen terme, nous désirons vivre sans pétrole.
     

  • L’autonomie économique: Nous avons une ou des entreprises, qui génèrent des revenus. Nous sommes propriétaires des moyens de production. Cela permet aux membres de travailler à l'intérieur de la communauté: Nous ne sommes plus des salariés, nous redevenons des travailleurs. De plus, une entreprise autogérée apporte une diversité de tâches dans la communauté même qui enrichit l’expérience et les compétences de ses membres. Contrairement à un travail anonyme, notre entreprise, bâtie selon nos valeurs, construit le monde que l’on souhaite.
     

  • L’autonomie financière: Nous préférons avoir des prêts solidaires au lieu d’avoir des prêts bancaires.
     

  • L’autonomie idéologique. Notre communauté est séculière, c’est-à-dire que nous considérons la spiritualité ou la religion d'ordre personnel.

Ouverture

Nous considérons que l’ouverture est une qualité essentielle pour développer une communauté viable à long terme. Notre but est d’avoir un impact sur les gens et les communautés, en faisant la promotion de pratiques collectives et de modes de vie et de penser qui favorisent la justice sociale et la protection de la nature. Ainsi, s’ouvrir aux autres, aux idées, aux différences, partager et s’enrichir de nouvelles perspectives, mais également s’investir, s’impliquer, nous apparaît être dans l’ordre des choses.

Concrètement, notre ouverture s'illustre par:

  • La volonté d'établir des liens avec la communauté élargie. Nous participons à ce qui est en place, nous contribuons, nous nous intégrons, nous faisons du “bénévolat”. Nous créons des partenariats avec des groupes communautaires/collectifs sur certains projets.  Nous voulons rendre service à la société et donc à notre communauté immédiate. Nous offrons des biens et services. Nous apportons quelque chose à la société. Notre communauté est ouverte sur le monde extérieur car elle s'y investit.
     

  • Nous accueillons des visiteurs-ses; Nous voulons que notre initiative soit connue. Nous voulons que d’autres personnes puissent voir/savoir comment les gens vivent dans une communauté intentionnelle avec partage de revenus. Nous organisons des activités ouvertes à la population. Nous partageons nos outils, notre savoir, nos compétences, nous permettons aux voisin-e-s d'utiliser les ressources à notre disposition. Notre communauté est ouverte sur le monde car elle permet à chaque personne de s'y investir et d'en bénéficier.
     

  • La volonté d'établir des solidarités avec des groupes ou des individus de tous horizons (expérience et conditions de vie) qui militent et travaillent à leur façon pour diverses causes touchant à la justice sociale ou à l'environnement. Notre but est de les soutenir dans leurs luttes et qu'en retour, ils prennent part à notre projet et le nourissent des réflexions qui les habitent au quotidien.
     

  • Nous souhaitons permettre à chaque personne intéressée de s'impliquer à sa mesure dans notre projet. Pour réfléter la diversité des types de collaboration possible, et définir au mieux les droits et responsabilités de chacun-e, nous identifions différents types de membres.