05 fév 2015

Imaginez un univers sans monnaie, où vous n'auriez même pas de porte-monnaie, pas de carte de crédit, pas de facture ou de compte de banque, pas de chèque à faire ou de placement à gérer sur l'internet. Imaginez avoir faim et manger, avoir froid et vous habiller, avoir envie de vous amuser et danser, avoir envie de créer et peindre, avoir envie d'apprendre et recevoir un enseignement, être tendu et recevoir un massage, et tout ça, sans jamais mettre la main dans vos poches ou vous demander si vous pouvez vraiment vous le permettre. Dites-vous que ce n'est pas qu'un rêve: à Twin Oaks, c'est ça la vie!

 

J’étais membre de la communauté de Twin Oaks pendant 6 mois en 2014 et voici un des articles sur un aspect de la vie dans cette communauté d’une centaine de personnes prônant de valeurs d’égalité, de non-violence et de féminisme.

 

Partager son revenu: c’est la base!

Tout d’abord, je vous rappelle que Twin Oaks est une communauté intentionnelle à revenus partagés, c’est-à-dire que celle-ci pourvoie aux besoins de base de ses membres (se loger, manger, se vêtir, etc). Les membres de la communauté mettent en commun et partagent pratiquement toutes leurs ressources (bâtiment, lieux, outils, nourriture, etc.)  

Chaque membre et visiteur contribue en travaillant 42 heures par semaine dans la communauté. Quoi! 42 heures par semaine! Dans un système salarial où une bonne partie du travail n’est pas reconnu (je parle du système capitaliste), travailler 42 heures par semaine peut être aliénant. Surtout si on se rappelle que la classe ouvrière a dû combattre férocement pour faire reconnaître le droit à une semaine de 40h! Néanmoins, il faut savoir qu’à Twin Oaks, le travail invisible est comptabilisé dans les heures travaillées : s’occuper des enfants, cuisiner, nettoyer sont toutes des activités qui valent autant que de couper du bois, faire la plomberie ou conduire le tracteur. De plus, être malade ou prendre soin d’un-e ami-e malade, aller faire l’épicerie pour les autres, mettre du bois dans le poêle à bois, organiser des partys sont toutes d’autres façons de ‘’travailler’’. Un horaire de 42 heures par semaine à Twin Oaks répond beaucoup mieux au besoin de chaque personne de faire des choses qui leur plaisent tout en ayant beaucoup de flexibilité.

En tout, il y a 91 membres permanents qui travaillent 42 heures par semaine. Cela donne un total de près de 200 000 heures par année. Ouf, c’est impressionnant, non! Une partie de ces heures (40%) permet d’avoir un revenu suffisant à la communauté pour vivre à l’année. Ce sont les 4 entreprises principales à Twin Oaks qui procure cet argent. Il y a l’usine de tofu, la shop de hammac, l’indexation de livres et l’entreprise de semences. L’autre partie des heures travaillées (60% de 200 000) sert à s’occuper de la communauté et de ses membres.  Dans le fond, tou-te-s travaillent à remplir le pot commun pour qu’il soit ensuite redistribué équitablement entre les besoins de la commune et les besoins des individus.

 

Les membres et l’argent

Vivre à Twin Oaks ne coûte rien, il n’y a ni frais d’inscription, ni frais fixe. En fait, les membres de Twin Oaks reçoivent une allocation par mois de 80$. Ce montant peut servir à tout besoin ou envie qui n’a pas été comblé par la communauté. Ce montant permet une plus grande latitude et autonomie de chaque individu. Parmi les achats les plus populaires: café, chocolat, alcool et crème glacée. Outre l’allocation, il y a deux façons pour les membres de TO d’avoir plus d’argent personnel. Un-e membre peut recevoir des cadeaux en argent (de sa famille par exemple) qu’ille met dans son compte-cadeau (gift account). Un-e membre peut aussi travailler à l’extérieur de la communauté au-delà de ses 42 heures de travail requises dans le but d’accumuler de l’argent pour ses vacances (VE-vacation earnings). En effet, l’argent gagné à l’extérieur de la communauté peut seulement être utilisé à l’extérieur. Ce qui permet à tou-te-s d’avoir des niveaux de vie similiaires sur la ferme.

 

Les échanges à l’intérieur de la communauté

Les échanges économiques à l’intérieur de la communauté ne se font pas avec de l’argent. Contrairement à d’autres communautés (Earthaven), il n’y a pas non plus de monnaie locale format papier. En fait, l’unité de base des échanges entre les membres est l'heure de travail. Lorsqu'un-e membre me rend service, une heure est débitée de mon compte et une heure est ajoutée dans la sienne (sans que l'argent n'entre en jeu à aucun moment)

Twin Oaks prend la majorité de ses décisions par un système de comité. Chaque ‘’activité’’ de la communauté a un comité attitré. Ce comité, formé de gens qui participe à l’’’activité’’ aura un budget d’heures et un d’argent. Par exemple, le comité jardin avait un budget annuel de 9000 heures et de 3000$. Le comité de mob avait un budget de 350 heures et de 500$. Les 42 heures que chaque membre doit faire provient des budgets annuels des différents comités de la communauté. Leur 50 ans d’existence leur a permis d’avoir un système efficace au niveau de la gestion des budgets d’heures et d’argent. C’est très impressionnant de voir ce système fonctionner aussi bien au quotidien.

 

Consommer à l’extérieur de la communauté

Twin Oaks n’est pas une île sans connection avec le monde extérieur. Leurs entreprises ont comme objectif d’être rentables et d’amener de l’argent à la communauté. Il y a donc des liens présents avec le système capitaliste. Une grande majorité des membres de Twin Oaks participe à ce système en achetant des produits à l’extérieur de la ferme. D’autres sentent que leurs besoins sont satisfaits et ne consomment pas du tout. Un des membres, Ajack, a accumulé 12 000$ d’allocation. Comme quoi, TO peut vraiment répondre tous tes besoins!

Ajack est une exception et les membres de Twin Oaks aiment utiliser leur allocation. Une des façons de le faire est d’utiliser les services du tripper:

10 fois par semaine, un livreur (le tripper) part de TO et s’en va dans une des trois villes près de la communauté. Le livreur peut amener des choses ou des personnes de TO jusqu’en ville et peut aussi rapporter des objets que des membres lui ont demandé de rapporter. Twin Oaks a un système élaboré de qui-va-où-quand. Leur système est très bien rôdé,il y a même un formulaire universel pour faire des commandes. Par exemple, sur le formulaire blanc qui va dans la petite ville de Louisa, une membre peut écrire qu’elle veut des jujubes nounours et que le tripper peut les trouver soit à l’épicerie ou à la pharmacie. Le livreur utilise de l’argent pour payer le produit demandé mais il le prend dans le compte du membre à la fin de sa livraison. En résumé, aucun-e membre n’a besoin de sortir de la communauté pour s’acheter quelque chose. Certains membres ne sont pas sortis du terrain depuis des années!!!

De plus, tu peux emprunter une voiture au coût de 35 sous du kilomètre (essence comprise) Tu peux mettre de l’essence avant de partir à la pompe sur la ferme et donc rouler une bonne distance avant de devoir toucher à de l’argent. Prendre une voiture pour se déplacer seul est fortement découragé. Par exemple, cet automne, une nouvelle membre, Pepper, demandait à Christian s’il pouvait lui faire un lift en ville pour qu’elle s’achète une perruque spéciale pour l’Halloween. Christian a catégoriquement refusé. Conduire une voiture jusqu’à Charlottesville coûte environ 30$. Le système de tripper ne coûte rien. Quand tu as seulement 80$ par mois, tu réfléchis deux fois (ou plus) à ce que tu consommes. Finalement, Pepper a changé son horaire de travail pour pouvoir aller acheter sa perruque avec le tripper.

 

Les avantages du partage!

En effet, vivre avec aussi peu d’argent remets tes habitudes de consommation en perspective. Les activités de loisirs de luxe sont plus souvent mises de côté par les autres activités de loisirs qui permettent d’être heureuzes avec ce que l’on a.

Le sentiment de liberté et de bonheur que procure une vie où tu consommes moins est difficilement explicable. Ne pas avoir à aller acheter du dentifrice parce qu’il y a un local avec déjà 10 sortes de pâtes à dent différentes dans une armoire où tous les produits d’hygiène sont présents, c’est vraiment fou! Manger des légumes produits sur place et ne pas avoir à les acheter au IGA, c’est tellement soulageant. Favoriser les achats en circuits-courts, c’est ce que Twin Oaks permet, mais avec l’achat en moins.

Je pense que le partage des revenus permet vraiment d’avoir une plus grande liberté face au système économique capitaliste et donc une plus grande liberté d’expression et d’autonomie dans une certaine mesure. Je ne comprends pas pourquoi il n’y a pas un plus grand nombre de personnes qui partagent leurs revenus, leurs outils, leurs habitations. Vivre ensemble réduit les coûts, densifient les liens et permet une vie plus épanouie sans les stress financiers. Je pense aussi que partager les revenus peut libérer du temps pour faire plus pour la communauté élargie et pour changer le monde!!!!

Publier un nouveau commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question est posée pour tester si vous êtes ou non un humain et pour prévenir l'invasion des robots!