17 juin 2014

Multiculturalisme

Lorsqu'il y a des gens différents dans un groupe, je sens que ça me permet d'être différent moi aussi, et que les membres ont moins tendance à imposer une conformité. Je trouve aussi que les immigrants sont souvent aussi en mode "ouverture" comme lorsqu'on est en voyage. Enfin, la différence c'est aussi moins ennuyeux!

Or, selon ce que nous avons observé, il y a une absence de diversité culturelle dans les communautés. En effet, à Twin Oaks, durant notre séjour, nous n'avons rencontré que 2 Afro-Américains, 2 Canadiens (et maintenant, il y en a une 3e avec Audrey!). C'est le cas pour la plupart des communautés visitées aux États-Unis: les membres sont issus en grande majorité de la classe moyenne, blanche, américaine. Les communautés au Québec sont en général plus jeunes et plus petites, mais la tendance semble se maintenir là aussi.

Ca serait triste que ça arrive à nous aussi. Est-ce qu'on pourrait, dans une communauté, adopter des pratiques qui incitent des gens de d'autres origines à venir et rester, comme dans les équipages des vaisseaux de la Fédération de l'émission Star Trek? Pour cela, je pense qu'ils doivent sentir une ouverture à leur différence. Une idée serait de créer des soirées thématiques portant sur un autre pays. Ça a l'air niaiseux parce que dans une communauté anarchiste on est peu nationaliste. Mais je pense que ça pourrait être efficace! Imaginez comment vous vous sentiriez dans une soirée qui célèbre le québec alors que vous êtes dans un autre pays. Une autre idée serait d'avoir un panneau qui dit "bonjour" dans plusieurs langues. Ça servirait de symbole qui rappelle notre intérêt à accueillir des étrangers.

Peut-être que ces mesures ne sont pas nécessaires parce que des tonnes de visiteurs de partout dans le monde vont venir nous visiter. Mais c'est bon d'y avoir pensé au cas où il y ait un manque.

3 comments (+add yours?)

par Arielle on ven, 07/25/2014 - 12:23

Oui, la diversité est super importante! Cela inclut la diversité culturelle autant que la diversité d'origine sociale, et un milieu de vie intergénérationnel qui fait place à des identités de genre ou à des identités sexuelles multiples. Des membres avec des parcours variés et complémentaires sont un grand atout pour une communauté intentionnelle, car chaque personne apporte ainsi des talents, des aptitudes, des connaissances et des perspectives nouvelles.

Je pense qu'un des moyens pour favoriser la participation et la présence de personnes issues de milieux et de cultures différentes est de créer des solidarités avec des groupes qui partagent nos valeurs, et qui travaillent sur des enjeux précis, qui peuvent toucher des communautés spécifiques. Par exemple, des collectifs qui militent pour une justice internationale, ou des groupes queer activistes, ou encore les communautés mic-macs ou des organismes de lutte pour le logement social. Offrir une place en résidence à des artistes activistes, à des réfugié-e-s politiques ou à d'éminent-e-s conférenciers-ères du mouvement des communautés intentionnelles peut-être une façon de soutenir des projets pour le changement social tout en bénéficiant de l'influence de leur sensibilité particulière au monde et de l'accès à un réseau social nouveau.

Enfin, comme tu dis Vincent, l'important est d'y penser et de rester attentif à ces enjeux. Et puis, autant la diversité peut apporter une ébullition créatrice et une complémentarité constructive, autant il ne faut pas croire que cette synergie se génère toute seule, grâce à la seule bonne volonté. Ce peut aussi être la source de tension, de frustration ou d'incompréhension. Il est donc important de se doter d'outils pour transformer ces conflits en terreau fertile et en occasions de croissance pour les individus et la communauté (vision claire, sélection des membres basées sur leur maturité affective et leur partage des valeurs de base, outils de commication, espaces de dialogue et d'écoute). Après tout, le premier défi d'une communauté intentionnelle est humain, quelque soit l'histoire personnelle de ses membres!

par Anémone on sam, 09/13/2014 - 16:24

Je discutais justement dernièrement avec une amie du travail combien les groupes d'amis ont tendance à être plutôt homogènes même si on se conterait le contraire. Je lui disais comment j'étais contente de faire partie du jardin communautaire de Carleton et comment cela favorise la rencontre et la proximité de diversité socio, culturo, écomico, idéologico ..... Je me suis fais plusieurs nouvelles amitiés et même une amie en or (!) Cette amie me rapproche d'une partie de la société que je n'avais pas cotoyé depuis un boutte...  Je me rappelle avoir habité dans une auberge de jeunesse et comment j'adorais le va et viens, l'arrivée d'immigrants/réfugiés, de passants, de gens en crise, de gens malade n'ayant nulle part autre où aller, des jeunes qui ont crissé leur camps, des sans abris arrivant avec des histoire racambolesque pour se gagner un toit pour une nuit, des boulimiques mangeur/voleur de mayonnaise et de beurre ... J'aurais pû écrire des pièces de théatre là tant il y avait de l'inspiration à des personnages avec des histoires de toutes sortes. J'ADORE! Un jour je vous conterai quelques péripéties. J'avais choisi de vivre là car je venais de prendre la décision de venir "étudier" et d'être stable au même endroit pour quelques années, alors que cela faisait 4 ans que je changeait d'endroit aux 4 mois pour voyager, travailler, bénévolat... Cela me permettait d'avoir un entre-deux: être stable et à la fois entourée de mouvement et de récits de "voyage" dans mon quotidien...  

PS: Je n'ai jamais vu Star Trek! 

par Richard on ven, 03/13/2015 - 19:45

En société comme en litérature, les motivations de nos contemporains sont généralement fondés par du vécu commun. De la même manière qu'un group social ai participé à l'élaboration d'une architecture similaire à une époque donnée, le fait que les communautés intentionnelles soient peuplés d'une catégorie de gens relativement circonscrite est possiblement symptomatique d'une vie collectivement similaire.

N'ayant pas été visiter moi même de telles communautés et n'ayant pas vu d'invitations à le faire, je ne sais pas quelles mesures sont prises afin d'attirer ces gens issus d'horizons différents. Il ne fait cependant aucun doute à mon esprit que ce foisonnement n'est possible qu'avec effort ou chance.

C'est peut-être qu'un simple débat de sémantique, mais le terme "multiculturalisme" m'horripile. Ce terme est pour moi évocateur de cultures se cotoyant à la manière de l'huile sur l'eau, le mélange ne se faisant pas dutout à moins d'agir par la force. Je préfère le terme interculturalisme. Ça évoque dans mon esprit une cohabitation de cultures qui s'amalgament naturellement, par ce qu'on embrasse la différence d'autrui, par ce que nous savons que nous avons toutes et tous à apprendre et à grandir dans ces échanges.

Publier un nouveau commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question est posée pour tester si vous êtes ou non un humain et pour prévenir l'invasion des robots!