Quelques conseils pour mener à bien un projet de jardin médicinal

Volet 1

Introduction

Durant l’écriture de cet article, je me suis rendue compte que le projet d’entamer la création d’un jardin de plantes médicinales dans le contexte d’un collectif ou d’une communauté intentionnelle est assez complexe et demande de visiter plusieurs aspects, tous aussi intéressants et importants les uns que les autres. Ne pouvant pas mettre toute cette complexité dans un seul article, j’ai décidé d’en faire une suite d’articles divisée en volets séparés qui apparaîtront dans les prochaines infolettres. Ainsi, pour commencer, je vous présente le Volet 1, qui se veut un survol de quelques-uns des différents aspects qui seront traités dans les prochains articles.

La création d’un jardin médicinal : contemplation, beauté et pharmacie verte!

Les rayons du soleil se font doux et chaud. Le vent souffle doucement et les feuilles des arbres dansent et chuchotent leurs mouvements. Les plantes se bercent avec le vent et offrent à qui le veut bien leurs arômes enivrantes. Du rose, du blanc, du jaune, du orange… des formes douces, arrondies, longues, oblongues… Quoi de plus beau qu’un jardin de plantes médicinales où les fleurs offrent un panorama multicolore et une richesse d’odeurs si bonnes qu’on s’en ferme les yeux pour s’imprégner de ces arômes… Quel bel espace pour se reconnecter avec la Nature qui nous entoure et, pourquoi pas, avec soi-même. Dans le contexte d’une communauté intentionnelle ou d’un collectif, je crois qu’il est essentiel de créer un espace où la contemplation de soi, de notre entourage et du moment présent, est non seulement permise, mais est au coeur des activités qu’on y fait. Et bien sur, si on veut un jardin médicinal, c’est aussi, et surtout, pour créer sa pharmacie naturelle pour l’année.

Si vous désirez créer ou améliorer votre jardin de plantes médicinales et que vous vivez dans un contexte de communauté intentionnelle ou de collectif, il y a quelques conseils que je peux vous offrir suite à mon expérience (humble car encore nouvelle) dans ma communauté.

Comment choisir les plantes de votre jardin

Le premier conseil que je peux vous offrir est d’abord de voir les différents besoins qui existent dans votre communauté. Ces besoins détermineront le choix des plantes que vous allez mettre dans votre jardin. Ils détermineront également les types de produits que vous aurez à fabriquer. En d’autres mots et posé en question : Quelles sont les maladies, les blessures, les pathologies chroniques qui existent ou qui risquent d’exister dans ma communauté ? Quels petits bobos quotidien avons-nous ? Vous pouvez également choisir des plantes que les membres aiment et chérissent : Quelles plantes as-tu envie d’avoir dans notre jardin, pour son goût et pour sa beauté ? Quelle est ta plante préférée ? Qu’as-tu envie de voir dans ce jardin ? Pour en connaître les réponses, j’ai procédé à une entrevue individuelle avec chacun-e des membres de ma communauté. Ainsi, j’ai pu dresser un portrait complet des pathologies ou problématiques de santé existants ainsi que celles dont il faut se méfier et se préparer. J’ai ensuite choisi les plantes de notre jardin en fonction de ces découvertes. Prenons un exemple : un-e membre a tendance à l’asthme et aux allergies des foins. Sachant cela, les plantes que j’ai choisie de mettre dans le jardin sont l’ortie, la lobélie, la mélisse, l’avoine, l’échinacée, la guimauve, l’aunée et l’hysope. Bien sur, toutes ces plantes ont également d’autres propriétés et peuvent soigner ou prévenir de façon efficace et intéressante d’autres pathologies qui peuvent survenir dans ma communauté.

Pour avoir une pharmacie plus complète, il est nécessaire d’appréhender et de voir d’avance les blessures ou les maladies qui peuvent survenir chez les membres. Par exemple, s’il y a des fermiers-ères dans votre communauté, nous pourrons supposer qu’illes vont avoir des blessures, des douleurs musculaires, des coups de soleil, de la fatigue physique, des piqûres d’insectes, etc. S’il y a un-e membre qui travaille de longues heures régulièrement devant un ordinateur, nous pourrons supposer qu’ille aura besoin de plantes pour augmenter ses capacités intellectuelles, diminuer le brouillard mental, augmenter la circulation sanguine, diminuer la fatigue oculaire, etc. Vous pouvez même faire une trousse d’urgence et de premiers soins, ainsi que créer un kit de premier soin pour le voyage ! Ce seront donc des problématiques à prendre en compte lorsque vous aller faire le choix de vos plantes dans votre jardin.

Il est aussi intéressant de mettre dans un jardin médicinal des plantes qui sont spécifique à chacun des systèmes du corps : le système nerveux, immunitaire, tégumentaire, musculaire, etc.

 

Comment choisir les plantes de notre jardin médicinal ? Quelques solutions s’offrent à nous : des cours et ateliers dans des écoles d’herboristerie, une association avec un-e herboriste du coin, contacter des herboristes qui ont un jardin médicinal ou encore contacter une communauté intentionnelle ou un collectif ayant un jardin médicinal (universitaire comme à l’UQAM ou indépendant).

Les incontournables classiques

Il y a quelques plantes médicinales qui se retrouvent dans presque tous les jardins médicinaux car elles ont prouvé leur efficacité des dizaines de fois et qu’elles vont aider dans les petits bobos de la vie quotidienne. Je vais en nommer quelques-une, mais sachez que cette liste n’est pas exhaustive. Je vais donner quelques-unes de leurs propriétés, mais encore une fois de manière non exhaustive et je ne vais pas nommer ici les interactions et les contre-indications à prendre en compte. Je vous suggère de vous informer davantage sur ces plantes avant de les utiliser sur vous ou sur une autre personne.

Parmi ces plantes se retrouvent :

Calendule

Excellente cicatrisante et antibactérienne, elle aide à guérir toutes les blessures de peau (coupures, coup de soleil, égratignures, etc). Elle adoucit, calme et diminue la douleur, augmente la cicatrisation et la guérison.

Consoude

C’est la cicatrisante par excellente. Elle aide à soudre des os et cartilage brisés.

 

 

 

Plantain

Il apaise la douleur, redonne de l’élasticité à la peau, aseptise, aide à faire sortir les échardes, nettoie le sang et aide les poumons sensibles aux maladies.

 

Pissenlit

Aide grandement la digestion et les organes digestifs (surtout le foie) et le système urinaire (très diurétique). Donne beaucoup de minéraux et de vitamines.

 

Camomille allemande

Calme et apaise le stress et l’anxiété, aide la digestion bloquée par le stress et les émotions prenantes, aide la cicatrisation et est bonne pour calmer les yeux fatigués par les écrans, la poussière ou la pollution environnante.

 

 

Guimauve

Plante de choix pour toutes problématiques pulmonaires. Elle diminue l’inflammation des poumons et aide à refaire les muqueuses respiratoires.

 

Ortie

Reminéralisante et nutritive par excellence, elle refait le sang, donne du fer, diminue l’hypoglycémie, l’ostéoporose, l’asthme, les allergies, la sécheresse de la peau et des cheveux, la sensibilité aux dents, etc.

Bardane

Dépurative de premier choix, elle est la plante à prendre pour toute cure printanière. Aide contre l’eczéma, l’acnée et le psoriasis.

 

Arnica

La plante de choix pour les fermiers-ères car elle apaise les douleurs musculaires et diminue l’inflammation musculaire.

 

Agripaume

Diminue la quantité et la durée des crises d’anxiété, diminue le stress en général, améliore la santé cardiaque, diminue les SPM et augmente la tonicité du système reproducteur féminin.

 

 

Thym

Diminue la toux, antibactérien à large spectre, parfait pour soigner les infections pulmonaires et de l’ORL.

 

Mélisse

Plante de bonheur, elle redonne le sourire à ceux et celles qui semblent le perdre. Anti-dépresseur, elle aide la concentration et la digestion. Diminue les apparitions de l’herpès.

 

La pharmacie verte

Ce sera donc à partir des plantes que vous aurez choisies que vous pourrez fabriquer des produits qui constitueront votre pharmacie naturelle. Ainsi, vous pourrez fabr1024iquer plusieurs types de macérats, tels des onguents, des vinaigres, des teintures-mères (alcool), des glycérés, etc. Vous pourrez également faire sécher vos plantes pour en faire des tisanes et décoctions. Pourquoi pas laissez libre cours à votre créativité !

Quelques références intéressantes en herboristerie

(liste non exhaustive) :

Montréal

Alchimiste en herbes, herboristerie

Marie-Josée Vivier, herboriste thérapeute

Naugthy Nettles de la communauté intentionnelle La Boite à Pois

CRAPAUD, UQAM

Gaspésie

À la Vie ! Herboristerie qui est notre projet d’herboristerie

Karuna Rose, Marguerite Tremblay

Écho-Santé, Hélène Bourassa

Clou de Girafe, Émilie Sabourin

Laurentides

Ariane Bilodeau, Herbothèque, école d’herboristerie

Estrie

Les Herboristes du Peuple, Catherine Lalonde

Publier un nouveau commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question est posée pour tester si vous êtes ou non un humain et pour prévenir l'invasion des robots!