21 déc 2017

Un long trajet rempli de musique, de chant, de rencontres m’amena tout droit vers la Virginie. Le Manoir avait été convié à un grand événement : l’assemblée annuelle de la FEC. Cette organisation est la fédération des communautés égalitaires. Elle rassemble une quinzaine de communautés partageant certaines valeurs. Nous sommes encore en processus de devenir membre permanent dans cette fédération. Nous serons les seuls ‘’canadiens’’ là-dedans en compagnie de beaucoup de communautés américaines.

Plusieurs avantages nous incitent à faire partie de cette fédération. Concrètement, il y a plus de réseautage avec des gens qui vivent avec le même mode de vie que nous. La fédération payent même le voyage à ceuses qui veulent aller à l’assemblée annuelle. De plus, quand ta communauté est membre permanente, tu peux organiser un voyage et te rendre dans une autre communauté sans payer le transport! Là-bas, les heures que tu travailles comptent pour des heures travaillées dans ta communauté. Ça semble banal, mais pour les communard-es que nous sommes, ce sont des gros avantages: voyager pour pas trop cher. Pour financer la fédération, les communautés permanentes donnent 1% de leur revenu.

Pendant l’assemblée, j’ai rencontré des délégués de tout plein de communautés dont certaines sont en Alaska, sur la côte ouest et plusieurs en Virginie. Que de belles personnes! J’ai visité et entendu parler de plusieurs communautés, voici un petit compte-rendu:

Open Circle

Ils sont 5 membres qui vivent en campagne de lahttp://www.thefec.org/static/media/communities/profile_images/FullSizeRe... Virginie (près de culpepper: ça s’invente pas comme nom). Ça fait depuis 2004 qu’ils existent mais depuis 2-3 ans qu’ils veulent devenir un membre de la FEC. Ils ont un terrain de 90 acres collé sur un parc national. La moyenne d’âge est de 55 ans, ils partagent leurs revenus et ils font 4 réunions/ semaine. Ils font des checks-ins avant les réunions et si quelqu’un ne feele pas, ils en parlent avant tout sujet de réunion officiel. Leur focus, c’est vraiment de prendre soin des gens.

Oràn Mòr

Située au Missouri, elle comptent 6 adultes et 2 enfants. Ils sont super bien entourés de plein de personnes. Leur terre est payée et leur appartient. Ça fait quelques années qu’ils existent et sont près des autres communautés du Missouri. Ils font de l’herboristerie et plein d’artisanat.

 

East Brook Farm

Communauté existant depuis 2 ans, ils veulent devenir une communauté probatoire de la FEC cette année. Ils sont dans l’état de New York près de Syracuse, un endroit parfait pour arrêter entre Montréal et la Virginie ;-). Ils font de l’agriculture bio et sont environ 5 membres. Ils utilisent ‘’the advice process’’ au lieu du consensus. On n’a pas pu en savoir plus sur le sujet, on en saura peut-être plus à la prochaine assemblée! Ça coûte 5000$ pour faire partie de la communauté, tu peux le payer ou le travailler.

The Mothership

Située à Portland au Missouri, ces 5 membres partageant leurs revenus sont aussi tous en relation les un-es avec les autres. Ils louent des chambres dans leur maison et ça fait partie de leur revenu commun. Ils font leur réunion annuelle dans un spa. Ils font des brunchs à toutes les semaines et ça pogne au bout! Là-bas, tu peux travailler plus de 42 heures/semaine et tu prends la moitié de tes revenus pour augmenter ton allocation mensuelle qui est de 100$/mois. Si quelqu’un s’en va de la communauté, ils reçoivent 4000$ de prime de départ plus un montant dépendant de la durée de leur séjour dans la communauté. Ils ont été acceptés comme membre permanent de la FEC.

Cambia

Existe depuis 2 ans et est située à 4 km de Twin Oaks. Selon ses membres, elle est la plus intentionnelle de toutes les communautés. Ils utilisent des groupes de transparence, des processus de clarification et ils font des réunions à toutes les jours. Un de leur objectif est que tout le monde doit exprimer leurs rêves et les autres essaient de t’aider à les réaliser. Ils sont proactif-ves pour les gens qui sont proactifs-ves.

Ionia

Coup de coeur pour la découverte de Iona, communauté d’une trentaine d’années située en...Alaska! Une communauté hors du commun avec ses propres façons de faire. Ils n’ont pas de membership officiel et disent être entre 40 et 70 dépendant des saisons. Leur seule source de revenu est les subventions offertes par le gouvernement et les fondations. Il n’y a aucune règle écrite et illes ont des réunions à chaque matin. Illes commencent par 10 minutes de silence et des fois personne dit rien pendant 45 minutes. Les trucs pratiques sont discutés à la fin des réunions. Une fois par mois un psychiatre vient les voir dans les réunions pour les guider pour certains problèmes.

Illes trippent sur: la construction écolo, la macrobiotique et les enfants-y’en a au moins 25! 65% de la population ont grandi là!

Mimosa

Sapling est mort et Mimosa est rejailli de ses cendres. Ils sont présentement 3 adultes et 1 enfant. Une des principales difficultés est qu’il y a un couple parmi les 3 adultes. Pour la FEC, c’est un des graves dangers d’une communauté naissante! Illes aimeraient avoir plus de visions partagées sur la politique et la vue globale du monde. Illes veulent aussi que ça soit un espace de guérison. Un délégué d’une autre communauté a proposé que Mimosa devienne la maison où les communautés naissent, un genre d'incubateur de communautés. À suivre!

Point A

Point A n’est pas vraiment une communauté mais plus une volonté d’établir des communautés urbaines dans l’Est des États-Unis. Justement, une communauté à New York devrait voir le jour au 1er décembre! Pour Point A, un des éléments de succès d’une nouvelle communauté est qu’il y ait des gens ou une communauté près de toi qui ne veut pas que tu meurs.

Wow, que de belles et nouvelles communautés dans la FEC, la propagande fonctionne :-)

À part toutes ces nouvelles connaissance sur le monde fascinant des communautés, j’ai aussi joué au frisbee, participé à un groupe de transparence, trié des semences, fait un sauna, ramené du beurre de peanut, des semences, des tamis pour trier des semences, fait des soirées de jeux, vu des ami-es que ça faisait longtemps. Et en plus, j’étais en t-shirt en novembre pendant qu’il y avait des tempêtes en Gaspésie!