Je vous invite à visionner la capsule de SolutionEra sur la construction écologique. Ça parle de chiffres! Mais ça montre ça en beaux graphiques clairs, c'est dynamique et... convaincant!

Oui, construire écologique, ça coûte moins cher!

Le vidéo n’est pas disponible pour l’instant, j’ai donc tenté d’en retracer ici les explications importantes.

(P.S.: La photo provient d'un article sur la communauté Cambia, qui présente la construction de sa nouvelle grange, sur le blogue Commune Life)

 

Mais avant de vous partager ce que j’ai appris, je veux mentionner que je me suis inscrite au cours en ligne du Certificat en design de bâtiment écologique sur l'Académie Adpat, et que je trouve que ça en vaut totalement le coup. Personnellement, j'avais des réticences face à Francis Gendron, et à l'enthousiasme qu'il portait (et générait!) à propos des earthship, et je ne partageais pas exactement sa vision de la construction écologique. Ses vidéos m'énervaient donc un peu, de sorte que même si, au fil des années, j'avais à différentes reprises été mise en contact avec ce qu'il faisait, je ne m'étais jamais rendue à en écouter un au complet, et que j'étais rendue plutôt sceptique.

Mais, sans savoir trop pourquoi et en m'étonnant un peu moi-même, quand j'ai appris qu'il créait avec d'autres une école en ligne, l'Academie Adapt, et qu'il souhaitait avoir du soutien de la communauté pour aider à en financer le démarrage, j'ai choisi d'y mettre mes sous. Je trouvais la cause noble, et je me suis dit que l'inspiration qu'il génère pour la construction écologique, c'est un bon début. Un tel projet d'école en ligne ne pouvait que promettre une qualité et une rigueur, et il fallait donner la chance au coureur! Et puis, la contrepartie que j'avais choisie pour le socio-financement me donnait accès à toutes les formations, présentes et futures: j'allais un jour ou l'autre y trouver mon compte.

J'ai commencé par une première formation sur la "Serre du futur". Honnêtement, elle m'a déçue: j'ai regardé quelques vidéos, laissé des commentaires à des fins d'amélioration, et me suis réorientée vers le "Certificat en design de bâtiment écologique" en ne m'attendant pas à grand-chose... mais là! Ouf!!! Je recommande fortement!

En tout cas, même si vous ne vous lancez pas pour la total, si je n'avais qu'un vidéo à vous suggérer, ce serait celui sur les défis financiers, ou "Pourquoi construire une maison écologique est toujours moins cher". En fait, je dirais que cette heure de visionnement pourrait changer le cours de votre vie! (ok, là, je vais peut-être juste un peu trop loin ;-P)

Bon visionnement!

 

Investissement VS dépenses

Qu’est-ce que la différence entre une dépense et un investissement? La dépense est récurrente, et « disparaît » dans les poches de quelqu’un d’autre. L’investissement est une dépense sur le coût, mais qui rapporte à long-terme, et qui vous donne quelque chose que vous gardez pour vous.

C’est la différence entre payer ses dépenses d’électricité à Hydro-Québec, ou payer un peu plus cher pour une maison mieux isolée, ou des fenêtres de meilleure qualité. C’est la différence entre payer des intérêt à la banque, ou rembourser son hypothèque plus vite pour mettre l’argent économisé de côté. C’est la différence entre donner son argent à l’épicerie, ou mettre du temps sur un jardin à la maison.

Deuxième élément à garder en tête : pour 1$, il faut en gagner 2$. Parce qu’on paie des impôts sur l’argent gagné, des taxes sur l’argent dépensé. Et aussi, on peut penser à toutes les dépenses associées au fait de travailler : le transport, les vêtements, les frais de garderie, etc.

Performante, simple, durable, évolutive : toujours moins cher

Par la magie des maths (et des tableaux excell terriblement bien maîtrisés, et aux graphiques qui les illustrent), Frédéric Wiper nous démontre de manière implacable pourquoi construire écologique coûte moins cher.

  1. Conventionnel.

On part de l’exemple « de base », celui du « voisin » qui a construit « moins cher » et n’a pris aucune mesure écologique. 175 000$ pour le coût de la maison toute seule, sur 25 ans, calculé sans mise de fond pour l’exercice, ce qui donne des paiements mensuels de 1000$ environ, lorsque emprunté à 5% d’intérêt. La puissance des intérêts composés est démystifiée en prime!

Il nous présente aussi un tableau pour illustrer le détail des paiements mensuels dans le temps, où on voit par exemple qu’après 10 ans et donc 120 paiements de 1000$, il reste encore 129 000$ sur l’hypothèque à payer, à cause du ratio intérêt/capital. On voit aussi qu’après 25 ans, lors de son dernier paiement à la banque, la personne aura payé 174% du coût initial de la maison! Ce montant est une dépense, car l’argent ira à la banque et vous ne le reverrez jamais.

  1. Performante.

Le premier cas alternatif présenté est celui d’une maison solaire passive : vitrée au sud, bien isolée, avec masse thermique.

a) Ça n’entraîne pas de dépenses supplémentaires, car la maison bien conçue est aussi plus simple : plus petite, sans corridors, toit monopente, et des espaces ouverts au sud qui donnent une impression de grandeur malgré une maison modeste.

Un élément est ajouté au calcul : les coûts de chauffage, évalués à 86$/mois et indexé au coût de la vie (une augmentation d’environ 1$/4 mois est estimée). En calculant que ce montant économisé est transféré aux paiements hypothécaires, la personne rembourse son hypothèque en 21 ans au lieu de 25 ans. Après 25 ans donc, elle a économisé 67 000$ (en assumant que cet argent est placé à un taux de 5%)

b) Si toutefois la personne souhaite une maison aussi grande que son voisin, un 20 000$ de surcoût est ajouté au prix de la maison conventionnelle, pour une hypothèque de départ de 195 000$. Ce qui, grâce aux économies de chauffage, sera remboursé en 25 ans quand même.

Pour les exemples suivants, l’option de la maison simple (et donc plus petite) est conservé, car c’est celle qu’on veut nous encourager à choisir. Car c’est la plus écologique et la plus économique!

  1. Durable

On ajoute un autre élément : la durabilité des matériaux. Revêtement changé au bout de 10 ans VS revêtement sans entretien; toiture à changer au bout de 12 ans VS tôle garantie 50 ans; fenêtre à changer au bout de 20 ans VS celles garanties 50 ans. Ces rénovations sont calculées comme étant empruntées sur l’hypothèque, ce qui décale d’autant le remboursement. Ainsi, après 25 ans, il reste 68 000$ à payer sur cette hypothèque pour le voisin, là où une maison performante, simple et durable aura permis d’économiser 67 000$. 10 ans plus tard, le voisin aura économisé 19 000$, alors qu’il espérait en avoir ….$, et l’écolo aura déjà 160 000$ de côté.

Voilà une autre illustration de la différence entre une dépense et un investissement!

  1. Évolutive

Une maison écolo permettra des améliorations futures. L’exemple utilisé est celui de l’ajout d’une « serre d’abondance » attenante à la maison, après 5 ans. Ils estiment qu’autoconstruite, c’est un investissement qui se rembourse en 4 ans. Pour l’exemple, ils calculent toutefois une serre clé-en-main, d’une valeur de 30 000$ mis sur l’hypothèque. En ajoutant un nouvel élément pour le caclucl : la valeur des légumes produits, sauvée sur les dépenses d’épicerie. Qui est estimée à 250$/mois, indexé (1$/mois). Apparemment, c’est une production évaluée pour un travail minimal d’entretien. Et pensons que ça ajoute un bel espace de vie 3 saisons!

Accessible pour toustes

La mission de Solution Era est d’offrir une façon de se construire qui est abordable et accessible pour tout-e-s. Le premier étant démontré, il nous explique comment pouvoir le faire, à n’importe quel budget. Avec une démarche argumentative qui milite pour un mode de vie collectif : « N’importe quel rêve, si tu divise le coût par 10, devient réalisable ».




Type d’unité

Coût d’achat

Ressources partagées

Unifamiliale

350 000$

Rien

Éco-hameau

250 000$

Puits, jardins, route d’accès, etc

Cohabitat

150 000$

Murs, toit, serre, etc.

Colocation

85 000$

Cuisine, salon, bureaux, etc.

 

Ça, c’est sans compter la logique suivante, dont j’ai eu la réalisation par une formation que j’ai suivi avec Éco-habitation. Prend 4 unités 20’x20’ :

  • Décollées, c’est une superficie de murs extérieurs (plus coûteux et plus de perte d’énergie) de 320’.

  • Toutes collées côte à côte, comme des maisons de ville, c’est un périmètre de 200’. Donc, sans ajouter d’isolation, tu viens d’améliorer ta performance énergétique de 37,5%!

Et que dire de la possibilité de diminuer les surfaces habitables, en mettant certaines pièces en commun (1 grande cuisine au lieu de 4; des espaces-bureau ou des chambres d’ami-e-s collectives au lieu d’ajouter 1 à 2 pièce par unité d’habitation; etc.)

C’est donc pas juste économique, mais également plus écologique d’habiter coller! Surtout au Québec!

Publier un nouveau commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question est posée pour tester si vous êtes ou non un humain et pour prévenir l'invasion des robots!