Ceci est une traduction libre de la conférence que GPaul a donné en 2014 sur un voyage qu’il a fait dans 6 communautés intentionnelles d’Europe, à la recherche de différents modèles qui utilisent le consensus et sont à partage de revenus.

Cet article s'inscrit dans le dossier "Income Sharing Across the Pond". Vous pouvez lire les articles déjà parus:

Fichier audio de la Conclusion de la conférence (version originale en anglais; 3:53 min)


Faque c'était ça l'Europe. On m'a dit que je devrais avoir quelques conclusions quand j'ai fait la présentation avant,

Voici donc le résumé :

  1. Le succès du processus de décision par consensus ne semble pas relié à la taille du groupe. Il y a des fois où ça fonctionne, des fois où ça ne fonctionne pas, des choses qui font que ça marche ou que ça ne marche pas, mais la taille n'est pas l'une d'elle, en tout cas au moins jusqu'à 80 personnes: au-delà, on ne sait pas... (petite blague qui fait référence à l'article de Svanholm)
  2. C'est peut-être mon biais, mais il semble, après l'observation de ces communes qui ont différents niveaux de partage de revenus, et d’après l'observation des communes de la FEC, et d’après ses expériences, que plus il y a de confiance et de partage d'injecté dans l'économie, plus il y a de bénéfice et d'élégance, et plus tu es capable de faire la transition complète vers une économie basée sur les besoins. Plus ça se fait en douceur, et plus tu peux appliquer cette culture basée sur les besoins, alors que plus tu fais de compromis avec le marché, plus cette culture à laquelle on s'oppose réussit à s'immiscer dans la communauté et à créer des problèmes.
  3. Parmi toutes les communes qu'on a vu, différentes philosophies économiques sont exposées, différentes façon de réaliser une économie égalitaire à partage de revenus, et qui sont illustrées par quelques exemples.
    • Twin Oaks : philosophie du plein emploi. La communauté fait une grande diversité de choses, tu arrives là et tu trouves une façon de t'y intégrer. La communauté essaie de trouver une façon de t'intégrer, et c'est de cette façon qu'elle s'assure de répondre aux besoins de ses membres. Les qualités personnelles, talents ou habiletés avec lesquelles tu arrives ne sont pas importantes, qui tu es ne fait pas de différence, tu peux arriver là, tout-e nu-e et ignorant-e, et tant que tu es gentil-le et prêt-e à travailler, illes vont te trouver une place.
    • Villa Lokomuna : philosophie de l'autonomie au sein du groupe. Chacun-e doit amener un revenu au groupe, doit être productif-ve, autonome. La  communauté combine ces individus autonomes afin de créer cette économie flexible de soutien qui leur permet d'accomplir plus et d'être plus flexible-s dans leur vie
    • Las Indias : philosophie d'égaux autonomes. Non seulement on attend de chaque membre d'être quelque peu autonome, mais on attend de chaque membre qu'ille soit capable de redémarrer la communauté. C'est la vraie réalisation de la philosophie du rizhome, totalement décentralisée, où chaque personne contient en elle-même la semence, la génétique du tout.

Chaque philosophie a ses coûts et ses bénéfices, et mène à un mode de vie différent, et un groupe de personnes différentes qui peuvent venir et exister dans cette commune. C'est donc un choix intéressant que nous avons, je trouve, de se demander quelle sorte de communauté on veut créer.

Mots-clés: 

Publier un nouveau commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question est posée pour tester si vous êtes ou non un humain et pour prévenir l'invasion des robots!