15 fév 2016

Mon arrivée à la maison mauve

Je suis déménagé à la maison mauve le 5 janvier après 2 longues journées de voyage. Naturellement, j'avais quelques craintes à faire le grand pas, bien que déterminé à le faire. Il me fallait laisser derrière ma région natale, mes amis, ma famille et surtout mes vieux rêves, pour m'embarquer dans un projet qui est encore bien théorique, mais auquel je crois. Ça faisait deux ans et demi que je connaissais le Manoir, deux ans et demi que mon implication dans celui-ci allait en s'accroissant, et y déménager était donc la suite conséquente de mes actes.

 

Mon arrivée fut suffisante pour éteindre ou calmer bien des craintes. Être dans l'action, vivre le quotidien de mes camarades et participer à l'effort collectif aide à voir la réalité telle qu'elle est, mettant l'irrationnelle de côté. J'ai été présenté à plusieurs personnes, j'ai visité les villages environnants, j'ai participé à des événements et j'ai commencé des implications ici et là. Tous ces actes m'ont permis de voir la réalité d'ici, de voir les possibilités d'amis, d'activités, etc. Je peux ainsi me projeter plus facilement dans le futur et ce que je vois me plaît.

Je crois que la vie en commune est une des causes de mon intégration rapide et réussie. Puisque mes camarades connaissent déjà la place, je peux me joindre à leurs différents cercles. La solidarité que crée notre structure permet au groupe de faire des choix pour m'aider à arriver. Ainsi, certaines personnes ont pris du temps pendant leurs semaines pour me faire rencontrer des gens qui ont les même intérêts que moi. Ce temps aurait pu être investi ailleurs, pour édifier le Manoir, mais comme l'aspect humain est au centre du projet, il était tout à fait logique de faire ainsi.

 

Le manoir m'a déjà changé, comme quoi la vie collective est d'une force qui peut mouvoir beaucoup en peu de temps. En arrivant ici, j'avais des réticences sur l'achat de la terre; je trouvais que ça allait trop vite. Or, en partageant le quotidien de mes camarades, force est de constater que c'est tout à fait logique. Je me mets moi aussi à rêver que je cultive notre terre cet été. Chaque visite que nous avons faite m'insère dans le paysage et je vois quels aménagements je pourrais y faire pour le rendre plus propice à notre vie. Une autre chose sur laquelle mon opinion a changée, est sur le fait que nous, les nouveaux arrivés qui nous impliquions dans le manoir depuis un bout, devrions passer par l'étape de probation. De prime abord, il me semblait qu'elle avait déjà été faite cette probation, puisque nous avions fait plusieurs réunions et implication depuis quelques temps. Après de longues discussions, bien que pas d'accord avec tous les arguments qui ont été émis, mon opinion à changé en faveur de ma probation, d'une manière un peu irrationnelle, mais de bon cœur tout de même. L'effet du groupe est puissant. L'ethos qu'il émane n'est pas quantifiable , mais il nous baigne tout de même en permanence.

 

Après plus d'un mois de vie collective, je ne vois donc pas l'ombre d'une chicane à l'horizon. Tous les «facteurs humains» qui pourraient faire exploser notre projet semblent maîtrisés. Je dirais même de plus en plus maîtrisés. La vie est plaisante et tout est placé pour qu'elle le reste. Je me dois donc de conclure mon texte par ce qui me semble le plus logique : «Vive la maison mauve! Vive Le manoir! Vive la commune de Bonaventure!»

Publier un nouveau commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question est posée pour tester si vous êtes ou non un humain et pour prévenir l'invasion des robots!