Écrit par Richard Latreille

Les earthships se heurtent à une certaine réticence autant au sein des mouvements écologistes que chez les gestionnaires d’urbanisme. Alors que je peux supposer une rigidité des structures bureaucratiques qui engendre l’immobilisme et la fermeture des gestionnaires d’urbanismes, je m’explique mal les raisons qui font que mes comparses écologistes ne soient pas tous aussi emballé.es que moi,  surtout en ce qui concerne ceux et celles qui ont des visées d’autonomie. Sur quoi se fondent leurs réticences? Sont-elles le fruit d’un traditionalisme ou d’un désir esthétique que les earthship dérange ou ne comble pas? Y a-t-il un manque de confiance vis-à-vis divers aspects de la construction? Dans un contexte d’une maison partagé ce modèle présente t-il des complications organisationnelles? Je lance ces questions mais le texte ne se veux pas une réponse à celles-ci, nous explorerons plutôt les principes des earthship dans un contexte d’autonomie et de communauté intentionnelle écologique.

 

La promotion des earthship se fait selon le crédo suivant : Simplicité, Indépendance, Santé, Écologie, Responsabilité et Sécurité. Ces 6 préceptes sont à mon avis des incontournables lorsque vient le temps de construire et ce peu importe la méthode choisi.

Maison Earthship à Chetsey, projet l'Es-CargoSimplicité: L’auto-construction d’un earthship se veut simple; la majeur partie du travail de fondation peut être effectué par n’importe qui avec, au préalable, quelques personnes avec un peu d’expérience. Cette expérience s'acquiert facilement, quiqu’à la sueur de son front, en participant à d’autres projets de constructions tel les serres solaires passives qui sont en vogue au Québec présentment, nottament parce qu’elles échappent au code du bâtiment. Malgré la simplicité du procédé de construction d’un earthship, il faut compter beaucoup d’heures/personnes et les projets sont généralement à la recherche de bénévoles. Cet effort communautaire de construction est une opportunité intéressante d’apprendre à connaître des gens de votre région ou non qui sont aussi intéressé par les constructions écologiques, permettant du même coup d’élargir son réseau. Cependant comme toute construction un minimum d’expertise est requise car les maisons earthship sont tout de même pourvu de plomberie complexe permettant la réutilisation des eaux grises, la récolte de l’eau de pluie, d’électricité, de chauffage d’appoint en climat froid comme le nôtre sans compter que le tout devrait au préalable être planifié sur papier et modifié selon les exigence et besoins du projet.

Indépendance: Dans un contexte qui vise une certaine auto-suffisance, l’opportunité de s’affranchir d’un approvisionnement extérieur est généralement le bienvenu. Les earthships visent exactement cela dans les domaines énergétiques, d’approvisionnement en eau et de la culture alimentaire. Dans la filiale énergétique il est à noter que ce sont des bâtiment dit solaire passif; munis de grands pan de murs vitrés orientés vers le sud ce qui laisse entrer la lumière du soleil et enmagasine sa chaleur dans une masse thermique du côté opposé.

Serre Eartship de la Ferme Morgan

La quantité de chaleur qui pénètre est contrôlé par la géométrie de la maison et la hauteur du soleil dans le ciel. De cette manière le soleil pénètre peu en été pour conserver un climat tempéré et pénètre profondément en hiver assurant un apport maximal de chaleur. Le pan de mur vitrée est également un élément important dans le domaine de production alimentaire puisque les earthship sont conçus pour inclure une serre. Cette serre se situe entre l’espace de vie et les vitres et va permettre aux occupants de récolter de la nourriture à l’année longue dans le confort de leur maison. L’apport en eau se fait par la récolte de l’eau de pluie dans des citernes enfouies dans la masse thermique. Cette eau pourra servir à alimenter les plantes de la serre et pourra aussi être filtrée et utilisé comme eau potable. L’aspect santé concerne surtout la connaissance des matériaux utilisés lors de la construction et de leur impact sur le corps humain. C’est aussi un rappel sur le fait que la maison a la capacité de fournir des légumes biologiques et que par le fait même cette végétation va permettre une certaine purification de l’air.

Écologie: La dimension écologique des earthship débute dès sa fabrication, avec l’usage de matériaux recyclés (pneus) et de matériaux locaux lorsque disponibles (terre, sable). Les pneus qui sont généralement perçu et traités comme des déchets sont dans ce cas revalorisés par centaines et possiblement par milliers en fonction de la grosseur de la construction. Maison Earthiship dans le quartier écologique de Saint-Mathieu-du-Parc

L’autre aspect écologique est l’utilisation des eaux grises qui sont réacheminées vers les plantes dans la serre et vers les toilettes si ces dernières ne sont pas à compost. C’est une manière de nettoyer l’eau que nous avons utilisé avant de la retourner dans la nature.

Responsabilité: L’aspect responsabilité en est une interne qui concerne les utilisateur et leurs choix. Par exemple en utilisant des produits naturels pour faire la vaisselle et pour se laver de manière à ce que les eaux grises qui alimentent les plantes ne soient pas chargées d’éléments que nous ne voudrions pas manger par la suite.

Sécurité: La sécurité est un heureux mélange de ce qui précède. C’est la capacité de reconstruire avec peu d’expertise des maisons à base de matériaux recyclés et locaux, c’est d’avoir des systèmes de chauffages passifs, des approvisionnements de nourriture et du stockage d’eau. Cet ensemble qui permet de vivre aux travers de moments plus difficiles malgré les impodérables économiques, écologiques et politiques qui se passent à l’extérieur de cette maison.

 

Le nom earthship est lourd de sens, ainsi, la déconstruction du mot earthship permet une compréhension globale des aspirations de ce type d’habitation. L’idée qui est généralement transmise est que “ship” fait référence à un vaisseau. Earthship voudrait donc dire un vaisseau de terre ou un vaisseau terrestre. Le vaisseau étant symbole deSerre Earthship de la Ferme Morgan voyage, de découvertes, d’un idéal futuriste. Cette imagerie est utilisé pour entourer la construction écologique de rêverie, de permettre à la personne qui s’initie au concept de se permettre de l’idéaliser. L’interprétation qui me tient plus spécialement à coeur est que earthship prend racine dans l’étymologie anglaise. En ce sens “ship” est un suffixe signifiant en relation avec ou ayant la qualité de. Cela place earthship aux cotés de mots tels que friendship (amitié), fellowship (confrérie) et kinship (parenté). De ce fait, cela suppose un lien intrinsèque entre cette construction et notre planète, un essai sérieux à intégrer dans une transition sans failles les mécanismes et énergies terrestres directement à la construction d’une demeure. Vous comprendrez donc que les Earthship se veulent résolument comme étant des constructions écologiques permettant à tous et chacun d’y ajouter un brin de fantaisie.

 

Nota: Toutes les photos dans cet article sont tirées de projets au Québec.

- Photo d'accueil: serre Earthship au CESA
- 2e photo: Maison Earthship à Chetsey, projet l'Es-Cargo
- 3e et 5e photos: Serre Eartship de la Ferme Morgan
- 4e photo: Maison Earthiship dans le quartier écologique de Saint-Mathieu-du-Parc

Publier un nouveau commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question est posée pour tester si vous êtes ou non un humain et pour prévenir l'invasion des robots!