En juin 2015, je suis allée voir une communauté dont j’avais entendu souvent parlé de mes ami-es de Twin Oaks et d’Acorn, et ce depuis plusieurs années. Ils n’avaient que de bonnes choses à dire sur euses et j’avais le goût de visiter par moi-même!

J’ai passé une heure là-bas, les yeux grands ouverts à voir leurs nombreuses réalisations et les oreilles attentives pour écouter mon hôte me présenter leur histoire et leur fonctionnement.

Baltimore Free Farm est situé en banlieue de la ville de Baltimore, à 1 heure au Nord de Washington DC. J’attendais notre guide dans un super bel endroit où on ressentait les odeurs des espaces collectifs et l’œuvre d’âmes artistiques. Des gens souriants passaient près de moi, des peintures géantes parcouraient les murs, des plantes et des arbres nous entouraient et un four à pizza ainsi qu’une balançoire géante tout droit sortis des contes de fée agrémentaient la scène.

   

BFF est né vers 2010 par un squat de 8 ami-es qui en avaient marre de travailler au salaire minimum et de toujours peiner à joindre les deux bouts. Pendant 3 jours, ils ont fouillés les banlieues abandonnées de Baltimore et illes ont finalement trouvés un tiers d’un triplex à trois étages squatable et ont décidé d’y passer l’hiver en trafiquant l’électricité d’un poteau électrique, en habitant 8 dans la même chambre et en mangeant la nourriture des poubelles. Après plusieurs mois de rénovation de la maison, illes se sont fait mettre dehors par la police. Mais illes aimaient trop leur nouvelle maison et y sont revenus rapidement et ont continué à rénover ce qui devait l’être. La ville les a finalement laissés tranquilles puisqu’illes prenaient soin du bâtiment et qu’il n’y avait aucune plainte des voisins. En effet, une des valeurs du groupe était la bonne entente avec les voisins, illes ont tellement fait de tartes pour les voisins, illes ne se rappellent plus combien illes en ont fait au total! 

J’ai été impressionnée de leurs nombreux jardins sur des parcelles qui étaient autrefois abandonnées. C’est un combat régulier et bureaucratique pour protéger ces parcelles des condo-istes et autres gentrificateurs. Illes ont une petite compagnie printanière où illes vendent des petites plantes à semer. Illes ont des abeilles et une parcelle de permaculture.

En face de leur maison, illes ont maintenant accès à un énorme entrepôt. Illes ont une grande cuisine, une bibliothèque anarchiste, une salle de spectacle, un énorme atelier de menuiserie, un atelier de impression textile  (pour faire des affiches, chandails, etc.) et des dortoirs. L’espace est pratiquement toujours ouvert grâce aux nombreuses personnes qui s’y impliquent. De plus, du dépannage alimentaire est organisé 2 fois par semaine, des cours d’éducation populaire sont offerts. Baltimore free farm, c’est vraiment ce qui fait vivre cette banlieue : c’est beau à voir!

Après plus de 5 années d’existence, illes habitent maintenant dans 5 maisons, toutes très près de l’entrepôt et même s’illes n’aiment pas les étiquettes, illes se définissent de plus en plus comme une communauté intentionnelle. Un de leurs buts : être autonome face au système capitaliste et y récupérer les déchets pour les valoriser.

Baltimore Free Farm m’a vraiment impressionnée, je vous le conseille vivement!

http://www.baltimorefreefarm.org/

Publier un nouveau commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question est posée pour tester si vous êtes ou non un humain et pour prévenir l'invasion des robots!