Cet article est le 2e du dossier “Modes de prises de décision: consensus et consentement”, où vous trouverez la liste de mes références. Je partage ici l'état de mes connaissances actuel. Si vous avez des précisions, des corrections, ou une meilleure compréhension de ces concepts, n'hésitez pas à partager vos commentaires!

 

(Inspiré du document écrit par Diana Leafe Christian)

La communauté « N-Street », en Californie, a donc développé une variante du mode de prise de décision par consensus, que je vous résume ici. Si une proposition est bloquée, un comité est formé, où les personnes qui ont bloqué rencontrent quelques unes des personnes qui appuient la proposition. Ce petit groupe peut faire jusqu'à 6 rencontres en un maximum de 3 mois. Si la nouvelle proposition est encore rejetée, on retourne à la première. À cette étape, la proposition doit rallier une super-majorité de 75% pour être adoptée. Si elle ne passe pas ce cap, évidemment, la proposition tombe car, clairement, elle n'a pas suffisamment de support de la part du groupe.
Ainsi, « si tu bloques, tu dois faire partie de la solution ». Cela crée un équilibre entre pouvoir et responsabilité, et ça a aussi un effet de dissuasion sur les « bloqueurs compulsifs ». Enfin, c'est une méthode respectueuse à la fois pour la personne qui bloque et les personnes qui supportent la proposition, car il y a de la place pour discuter et retravailler la proposition, mais, si ça ne marche pas, ça permet que le plus de gens soient satisfaits.

 

Selon ce que j'en comprends, pour Diana Leafe Christian, la méthode « N-Street » est intéressante parce qu'elle apporte une solution à la problématique des « bloqueurs compulsifs ». Or, cette problématique a plusieurs aspects, et d'autres moyens peuvent être pris pour l'éviter. Entre autres :

  • D'abord, un bon processus d'adhésion des membres (qui implique de choisir des personnes matures affectivement et suffisamment équilibrés pour bien fonctionner en groupe; et un moment de probation, où les nouveaux membres sont graduellement intégrés au processus de décision, en commençant par y assister en tant qu'observateurs)

  • Le groupe peut opter pour le « consensus moins 1 » ou le « consensus moins 2 », lequel permet à une proposition de passer même si une ou deux personnes s'opposent.

  • Le groupe peut établir des critères pour accepter un bloque comme légitime.

  • S'assurer de vérifier, tout au long du processus, que les objections sont nommées et prises en compte. Ça évite de se tapper un « blocage » surprise au moment de prendre la décision!

Publier un nouveau commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question est posée pour tester si vous êtes ou non un humain et pour prévenir l'invasion des robots!