Cet article est le deuxième d’une série d’articles sur le thème des transitions dans les communautés intentionnelles.

Acorn est une communauté intentionnelle rurale de la Virginie membre de la Fédération des communautés égalitaires. Composée d'une trentaine de membres, illes partagent leurs revenus, fonctionnent en consensus, sont anarchistes, féministes et ont une compagnie de semences (southern exposure seeds exchange) .

Acorn est voisine de la communauté de Twin Oaks et ces deux communautés se soutiennent mutuellement. Leurs cultures sont différentes et complémentaires. Acorn est une communauté plus petite et moins structurée. Les gens y travaillent environ 40 heures par semaine mais les heures ne sont pas comptabilisées. Les repas sont majoritairement pris ensemble mais parfois, personne ne fait le souper et c’est chacun-e pour soi. L’autonomie alimentaire n’est pas nécessairement la priorité, illes font beaucoup de récupération de bouffe. Il y a beaucoup de soirées où les gens se rassemblent et jouent de la musique jusqu’à tard le soir, les membres d’Acorn sont réputé-es pour aimer fêter tard!

smoke shack, 2014

Dans cet article, je voudrais vous parler de l’histoire d’Acorn parce qu’elle est parsemée de revirement de situations, de très bas moments où la communauté est pratiquement morte et d’autres moments où la communauté a été en plein essor. Selon moi, c’est très intéressant de constater quelles ont été les phases historiques de cette communauté pour mieux comprendre comment une communauté évolue et comment elle se transforme. Dans le fond, quelles sont les forces internes et les pressions externes qui se retrouvent dans une communauté? Qu’est-ce qui la pousse à s’adapter et à prospérer ou à s’encroûter et stagner ou à péricliter? C'est pour apporter une certaine souplesse/flexibilité, une certaine légèreté/ouverture dans notre approche (puisque rien n'est coulé dans le béton, et ce qu'on veut ou choisi ne vire pas toujours comme on pense!), et surtout une sensibilité et une attention pour être capable de capter ces transformations, ou ces obstacles qui peuvent devenir des occasions d’apprentissage.

 

Acorn est née en 1993, elle a donc 22 ans en 2015. Dans un premier temps, je vais vous raconter son histoire de 1993 à 2007 du point de vue de GPaul, un des membres d’Acorn. Par la suite, je vais vous raconter les 8 dernières années d’Acorn avec mon point de vue et de ceuses qui y ont habités. Effectivement, la première fois que je suis allée à Acorn, c’était pour un mois en 2007! Depuis, j’y suis retournée à chaque année et je me suis tenue au courant des différents évènements et dynamiques de communauté qui se sont produits.

Les débuts d’Acorn

En 1993, Twin Oaks est alors une communauté mature d'une vingtaine d'année. Dans un contexte où l'américain dream vole en éclat sous les premières attaques du néolibéralisme, une jeunesse en quête d'idéaux, ainsi que des gens de tous âges frappés par la crise se précipitent aux portes de ce paradis, où les besoins de chacun-e sont comblés, et où l'on croit encore à l'égalité et à la paix. Débordant d'enthousiasme, et de membres, Twin Oaks ne peut pas accueillir tou-te-s ses prétendants, et chaque nom supplémentaire sur la liste d'attente ajoute un "tic-tac" insoutenable à l'urgence de vivre. Des leaders se lèvent donc, et, suivant les traces de nos ancêtres pour aller fouler des territoires inconnus, ils décident de mettre sur pied Acorn.

Concrètement, Acorn est fondé avec des personnes qui habitent déjà à Twin Oaks et d’autres qui attendent d’avoir une place à Twin Oaks depuis trop longtemps. Ces personnes se rassemblent et trouvent une terre à 10 miles de Twin Oaks. Trop loin pour s’y rendre à pied mais assez proche pour rester en contact régulièrement et se supporter concrètement. Illes cultivent la terre et bâtissent Heartwood, leur maison communautaire d’une dizaine de chambres. Contrairement aux cinq premières années de Twin Oaks, aucun auteur ne s’est attardé à écrire l’histoire des premières années de vie d’Acorn. Il manque donc certaines informations sur leur début!

Twin Oaks lègue plusieurs aspects de son fonctionnement à Acorn. Le petit gland (acorn) n’est pas tombé trop loin de son chêne (oak). Acorn adopte les pratiques de la fédération des communautés intentionnelles, ils sont donc féministes, non-hiérarchiques, non-violents et séculiers. Les membres d’Acorn partagent leurs revenus et ont une entreprise qui permet aux membres de ne pas se déplacer pour aller travailler. La communauté mère a aussi mis dans le trousseau de son rejeton beaucoup d’heures pour les aider à démarrer leur projet.

Malgré toute l’aide apportée, Acorn est plutôt fragile et pauvre dans les débuts de la communauté. Il y a des gens qui boivent et ça n’attire pas assez de personnes pour renouveller toutes celles qui partent. Tranquillement, la dizaine de membres fondateurs s’en vont tour à tour.

En 2003, les personnes les moins plaisantes partent et il reste moins de 6 personnes sur la ferme. C’est alors que 2 membres invitent tou-te-s leurs ami-e-s qui habitent en Virginie à venir s’installer à Acorn. Plusieurs personnes arrivent en même temps et elles se chicanent sur plein de sujets jusqu’à ce que les 2 membres et leurs ami-es partent tou-tes.

Une des difficultés est d’arriver à expliquer (au sens large) la culture de l’endroit à un grand nombre de personnes qui arrivent en même temps. De plus, si des personnes n’ayant jamais vécues en communauté s’installent dans un groupe fonctionnant de façon non-hiérarchique et consensuelle, le choc peut être trop grand avec la vie ‘’mainstream’’.

Le printemps

été 2004

À l’automne 2004, il ne reste que 4 adultes et un enfant. À Twin Oaks, les gens pensent qu’Acorn est un échec et que ça ne marchera jamais. Néanmoins, deux membres de Twin Oaks (Paxus et Brenda) ne venlent pas qu’Acorn meurt si rapidement et font beaucoup de recrutement pour attirer de nouvelles personnes. Illes se promènent dans les universités en vantant les communautés intentionnelles.

À ce moment-là, pour une deuxième fois dans l’histoire de la communauté, les membres d’Acorn décident d’enlever tout processus de sélection des membres. C’est-à-dire que n’importe qui peut arriver et est accueilli sans conditions. Les membres restant misent sur les probabilités qu’au moins quelques personnes restent et que la communauté soit maintenue même au prix d’accepter n’importe qui. Les gens qui arrivent grâce au recrutement n’ont pas d’expérience communautaire ou à la campagne. Néanmoins, ce deuxième essai d’accueillir plein de nouvelles personnes en même temps est un meilleur succès qu’en 2003. Néanmoins, les mémoires ne se rappellent plus des facteurs facilitant... En 2005, 17 nouvelles personnes ont joint Acorn. Par contre, à cette époque, la communauté est plus un projet en construction qu’un endroit pour s’établir et penser y vivre. C’est une période riche en apprentissages et chaotique en même temps.

Les Weavers

De ces 17 nouvelles personnes, une famille reste parce qu’elle n’a pas d’autre endroit où aller, c’est la famille très fameuse dans l’histoire d’Acorn: les Weavers. Entre 2005 et 2007, plein d’évènements se produisent, des hauts et des bas ainsi que quelques drames (rien de bien spécial dans une communauté!) Néanmoins, de moins en moins de membres vivent à Acorn. Illes sont une dizaine quand illes pourraient facilement être le double. Derrière la stagnation et la lourdeur apparentes d’une communauté pourtant en plein renouveau, se cache en fait un conflit de valeur, né de l’opposition de deux visions différentes.

D’un côté, les Weavers veulent que la communauté accepte seulement des familles qui veulent vivre toute leur vie à Acorn. Ils veulent que ça soit un endroit propre, paisible, stable et orienté vers les besoins des familles. De l’autre côté, des membres plus jeunes veulent aussi avoir un endroit propre et paisible, mais qui veulent avoir des membres plein d’énergie pour partir des projets et faire grandir la communauté.

heartwood la nuit

Comme on peut voir, les deux visions ne sont pas complètement en opposées. Mais après quelques années de cohabitation, les conflits grandissent sur le sujet. En plus, les Weavers ont beaucoup de pouvoir dans la communauté et les plus jeunes sont souvent des stagiaires de passage. Un de ces jeunes, G-Paul, recruté à l’université, vient depuis quelque temps à la ferme. Plusieurs membres trouvent G-Paul plein d’énergie pour les communes et l’anarchie et l’aiment beaucoup. Par contre, les Weavers décident de mettre leur veto pour que G-Paul ne soit pas accepté en tant que membre. Rapidement, les anciens membres menacent les Weavers de quitter la communauté si G-Paul est mis dehors. Les Weavers reculent donc sur leur position et parent (en volant la communauté de plusieurs milliers de dollars!) Plus personne n’a jamais réentendu parler de cette famille.

La Renaissance

Alors, en 2008, tous les membres ont la même vision et une transition s’effectue puisque le conflit est réglé! Les Acorners appellent cela The Acorn Renaissance! C’est le moment de faire grandir la communauté. Illes font plein de réunions, refont les règles de base (policies), illes ont des rêves! Illes peuvent imaginer la ferme, avoir une vision à long terme de l’endroit. Les gens ont plein d’énergie et les nouvelles personnes qui se joignent ont aussi plein d’énergie à consacrer au projet. Les interactions sont meilleures. La transition se passe bien parce qu’illes ont choisis d’effectuer cette transition. Quel soulagement! Illes mettent plus de temps dans leur compagnie de semences et augmentent tranquillement leurs revenus de cette manière,  il y a donc plus d’argent. Tout va pour le mieux pendant plusieurs années.

Anarcho-individualistes vs Anarcho-collectivistes

Pendant environ 5 années, les membres d’Acorn travaillent très fort pour solidifier leur communauté et les liens qui les unissent. Illes mettent sur place plusieurs façons de faire (réunions par consensus, clearnesses, etc) qui permet à la communauté de grandir jusqu’à 30 membres! Leur compagnie a aussi grossi beaucoup pour atteindre des profits net d’un million de $ par année!

réunion en 2014

Néanmoins, en 2013, sans élément déclencheur, une autre transition s’amorçe qui durera deux ans. C’est encore un conflit de vision de la communauté. C’est-à-dire qu’il y a majoritairement deux clans, deux idéaux, deux idées de la vie. La première gang de personnes regroupe les plus anciens membres qui ont déjà passé à travers plusieurs soubresauts de la communauté. On pourrait les décrire comme étant des anarchistes-collectivistes. Illes pensent à long-terme, sont orientés vers la communication, vers la compagnie de semences, pro-actifs mais surtout avec la pensée que s’il y a des trucs à faire et illes “doivent” les faire. De l’autre côté, il y a les anarchistes-individualistes qui se sont installés dans une communauté anarchiste pour faire ce qu’illes veulent bien faire. Pour qui l'anarchie, ça veut dire "je fais ce que je veux, je suis libre, et quiconque veut m'imposer de faire quoique ce soit est un faschiste''. Bien entendu, les personnes de ce deuxième groupe ne sont pas tou-tes dans l’extrême du spectre mais ont une vision plutôt orientée vers leurs besoins que les besoins de la communauté.

Au début du texte, je vous ai dit qu’à Acorn, contrairement à Twin Oaks, les membres ne calculent pas leurs heures de travail. Ce qui veut dire qu’un anarchiste-individualiste à Acorn peut profiter beaucoup plus de la situation en travaillant beaucoup moins si c’est ce qu’ille désire. À TO, un tel comportement n’est pas accepté puisque le travail est depuis longtemps l’une des valeurs les plus importantes.

Tranquillement, des frustrations s'installent parmi les anarchistes-collectivistes (A-C). En un an, 6 personnes quittent la communauté. Elles forment une nouvelle communauté nommée Sapling tout près de Twin Oaks. Néanmoins, les A-C qui restent à Acorn ont perdu leurs allié-es et leurs ami-es. De plus, les A-C étaient souvent responsables de trucs importants pour la communauté (comptabilité, gestion de l’entreprise, projet de construction, réparation de machineries lourdes, achat de matériel, etc) Alors, comme une partie des A-C a quitté, ceuses qui restent se retrouvent avec beaucoup plus de travail sur les épaules et il n’y a pas assez de personnes “responsables”. Alors, encore d’autres anarchistes-collectivistes partent , laissant aux anarcho-individualistes toutes les tâches qu’illes faisaient depuis des années!

http://www.acorncommunity.org/wp-content/uploads/2009/05/officewmural.pngleur nouveau bâtiment: le seeds palace

Présentement, à Acorn, à cause de cette situation, peu de personnes ont une vision d’ensemble de ce qui se fait dans la communauté. Peu de personnes sont engagées dans la gestion de la communauté. Les A-C qui sont partis après avoir habité plus de 5 ans à Acorn s’inquiètent de savoir si la communauté va perdurer dans le temps. Dans le fond, si y’a juste des anarcho-individualistes qui se retrouvent au même endroit, certain-es devront certainement prendre des responsabilités, non? Pour les A-I, Acorn est maintenant un endroit très harmonieux où les conflits ont diminués et la vie est plus agréable. Il y a présentement moins de membres qu’il y a deux ans, mais les gens y partagent la même vision!

Comme on peut voir dans l’histoire d’Acorn, les conflits de vision sont arrivés à une fréquence d’environ 1 fois à chaque 5 ans. Les deux fois, deux “groupes” s’affrontaient pour avoir le pouvoir sur ce qui allait se passer. À chaque fois, plusieurs personnes ont quitté la communauté, insatisfait-es par ce qu’il se passait. Je pense que les transitions sont choses fréquentes dans les communautés. Idéalement, les transitions seraient plus douces que difficiles pour préserver les liens entre les membres, mais dans un autre sens, les transitions sont souvent des moments critiques dans l’histoire des communautés où les gens se battent pour défendre leur vision et où il peut y avoir des égratignures.

Publier un nouveau commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question est posée pour tester si vous êtes ou non un humain et pour prévenir l'invasion des robots!