06 mar 2015

Texte écrit en 2010 par Paxus, fameux membre de Twin Oaks et d’Acorn et traduit par nous-mêmes pour vous. Paxus Calta est un personnage très connu autant dans les milieux des communautés intentionnelles que dans les milieux anarchistes aux États-Unis. Il a publié plusieurs textes sur l’anarchie et le polyamour et parmi tous ses textes, j’ai choisi de vous faire découvrir celui-ci! Je me suis rapidement reconnue à travers les exemples qu’il donne et je me suis dit que vous aussi seriez attirée par sa vision de l’anarchie. C’est un ami traducteur, Yannick Bériault et moi-même qui avons traduit ce texte. En passant, la version originale, en anglais, est à la fin de ce texte. Bonne lecture!

Pourquoi suis-je anarchiste?

L'anarchisme est le funambulisme intellectuel sans filet le plus radical qui se puisse d’imaginer. Ça commence en rejetant les institutions politiques et les paradigmes dominants- mais pour aller plus loin, tu dois créer. Tu ne dois pas créer en te fiant aux grands penseurs du passé. Tu dois aller où t’amènent tes passions et créer quelque chose avec ce que tu crois vrai. C’est anti-orthodoxe, ça ratisse large et dans le fond, chacun-e a sa propre saveur quelque peu différente. Voici la mienne, j’espère que vous allez l’aimer.

je partage. C’est peut-être le plus grand défi des modèles politiques dominants. C’est l’idée que tu ne possèdes rien juste pour toi. Des changements globaux, ne serait-ce qu'au niveau de cet aspect de notre culture, pourraient donner naissance à un monde beaucoup plus juste économiquement, et qui utiliserait la même quantité de ressources, voire moins. Personnellement, je ne possède pas grand chose et je vis dans des endroits où les choses matérielles sont partagées.

 

L’anarchie c’est plus que seulement le matériel. Le féminisme, c'est le partage du pouvoir. C'est apprendre aux gens l'écoute, c'est aider les plus discrets à faire entendre leur voix, tout cela en réduisant le niveau de hiérarchie et en trouvant le consensus - c'est ainsi que l'on établit les bases de la justice. J’aime l’adage qui dit que l'anarchie est la philosophie et le féminisme la pratique.

Le polyamour, c’est le partage des amant-e-s. Je ne prétends pas avoir des droits sur mes partenaires intimes et ceuses-ci peuvent aussi avoir d’autres partenaires. Je trouve que c’est un terrible poison quand l’intimité est exclusive et barrée. C’est la chosification de l’amour. Un des plus grandes oeuvres de ma vie, c’est d’avoir avancé à travers la jalousie, équilibrant mon temps entre mes relations et établissant une communication claire avec mes partenaires.

La spiritualité radicale c’est de partager la planète avec toutes les formes de vie et de respecter leurs droits. En tant que païen-ne-s, nous voulons créer des rituels pertinents. Nous explorons des façons de remettre les symboles en mouvement et de créer du sens. On prend la magie des scientifiques et la spiritualité de l’église. La spiritualité radicale est aussi étroitement connectée avec les politiques environnementales, ainsi qu'avec le développement de connexions avec des phénomènes qui nous dépassent, sont plus vastes que nous-mêmes.  Voilà les points critiques sur lesquels notre langage et notre culture doivent évoluer.

je suis un communard. J’ai choisi de vivre dans une communauté intentionnelle, là où on travaille et vit ensemble, partageant nos revenus et nos ressources. Nous bâtissons nos propres bâtiments, faisons pousser une bonne partie de notre alimentation de façon biologique, nous n’utilisons pas d’argent à l’intérieur de la communauté. Il n’y a pas de cadenas, pas de télévision et pas de crime. C'est pourtant loin d'être l'utopie - nous avons peu de vision commune, par exemple -, mais c'est un modèle fonctionnel de ce qui peut se faire.

 

L’anarchie englobe des stratégies flexibles face aux dilemmes structurels. Un exemple très pertinent peut être trouvé dans le débat qui oppose une politique de type “préfigurative” à l'approche dite de longueur de la mèche (de l'anglais length of the fuse).  C'est bien entendu attirant intellectuellement de se dire « nous allons nous limiter, dans le choix des outils que nous utilisons pour provoquer du changement social, à ceux que nous voulons préserver dans notre nouvelle société. »La violence et la destruction de la propriété sont des tactiques souvent mises de côté à cause de ce raisonnement. L’argument de longueur de la mèche c’est que : ‘’si tu manques de temps pour changer quelque chose, c’est que tu dois utiliser des outils plus rapides.’’ Malheureusement, les approches préfiguratives sont généralement lentes. La résolution c’est qu’il n’y a pas de stratégie fixe- les travailleu-r-ses (ou activistes) décident, les personnes qui sont sur la scène au moment pertinent font les choix. C’est un pacifique qui m’a convaincu que la violence a joué un rôle central pour mettre fin à la construction de l’énergie nucléaire en Allemagne. Quand tu veux prévenir des milliers d’années d’incontrôlables produits toxiques, est-ce que tu peux risquer une défaite parce que tu ne pouvais pas avoir un consensus sur la stratégie?

 

je fais de la contrebande- les frontières sont la plus offensante des structures statiques de l’état. J’ai eu une grande chance d’aider 3 moines tibétains à traverser plusieurs milliers de kilomètres de l’Himalaya jusqu’au Népal pour voir le Dalaï Lama. J’ai transporté des documents illégaux et d’autres produits de contrebande. Je me suis fait prendre une couple de fois, mais j’ai été chanceux et m’en suis sorti indemne.

je suis un lobbyiste- j’ai parcouru les couloirs du parlement et du sénat en essayant de convaincre les gens officiellement élus de se comporter comme je pense qu’illes devraient le faire. Je ne suis pas spécialement bon à faire ça, mais j’étais le meilleur disponible. C’est pas parce qu’on sait déjà que le gouvernement est corrompu que ça justifie qu’on ne peut pas collaborer avec lui. Nous avons plus d’outils que la manifestation.

je suis un propagandiste. Je ne crois pas que j’ai ou que l’on a un monopole de la vérité. j'ai débattu avec des idéologues et je sais qu'ils sont sûrs d'avoir raison, tout comme moi en mes moments les plus arrogants. Nous avons l’obligation de mettre brillament nos croyances au front et nous devons nous souvenir que nous sommes en train d’influencer les gens à penser comme nous, pas parce que nous savons que nous avons une meilleure vision mais parce que nous croyons que nous l’avons.

je suis un hors-la-loi, je fais du vol à l’étalage, je falsifie, pénètre illégalement dans des endroits interdits, détruis la propriété, pénètre par effraction, saute des trains,mendie, me fout des couvre-feux, des copyrights et des autorisations légales. Je traffique sur le marché noir, ne paye pas mes impôts, entre et sort des pays illégalement, me déplace sans payer, mens à la police, ne m’acquitte pas de mes dettes sur carte de crédit (pour 50 000$), imite des signatures, falsifie des visas, fait du pouce, coupe des menottes, divulgue des secrets d’état et ne porte pas la ceinture de sécurité de char (pour des raisons un peu folles) J’aurais aimé pouvoir dire que tout ça a été fait pour des bonnes causes ou pour l’avancement de la révolution-dans les faits, certains gestes étaient égoïstes et d’autres frivoles. Mais, dans tous les cas, je ne pars pas du point où j’assume que les lois sont justes- c’est la prérogative anarchiste.

je suis un terroriste du style de vie, quelqu'un qui pose des questions malaisantes à ceux qui sont confortables, concernant ce dont ils ont réellement besoin et ce qu'ils pourraient contribuer.  Bien sûr, cela ne peut être crédible qu'au sein d'une culture DIY (do it yourself, qui veut dire faites-le vous même) et fonctionne réellement lorsque c'est fait avec humour et d'une façon non-dogmatique.  Lorsque l'on visite des gens que nous ne connaissons pas, mon amoureuse hollandaise Hawina et moi, nous tentons d'être des “ambassadeurs du lieu dont nous aimerions venir”, représentant de ce que nous tentons de construire. L'idée est de mettre de l'avant les aspects positifs de notre style de vie, dans l'espoir d'inciter les gens à plus de travail politique progressiste, ce qui peut être d'aussi petite proportion que de recycler et utiliser les transports en commun ou d'aussi grande proportion que d'abandonner son boulot corporatif et faire des campagnes politiques ou emménager dans une commune.

 

je suis un clown - mon conte de fées préféré se termine sur la phrase : « Ne vous prenez pas trop au sérieux. »  Je me fais un honneur de mémoriser blagues et énigmes et de tenter de faire rire les gens.  Je ne crois pas que rien n'aille si mal que nous ne pouvons le prendre avec humour. De même, une des choses que j'aime de ma communauté est que nous nous y efforçons d'être un superbe public - quiconque se sent d'attaque pour se lever et faire une performance est grandement apprécié.  J'ai pu observer comme cela a transformé la confiance en soi de nos enfants et a amélioré la qualité générale de notre vie culturelle.

 

je voyage. J'ai fait de l'''auto-stop'' sur des bateaux à voiles du Mexique à l'Australie, j'ai pris le train à travers l'Europe et l'Asie, traversé l'Atlantique sur un navire de commerce vagabond polonais, travaillé brièvement sur la face nord de l'Alaska et au fond de l'océan près d'Hawaii. J'ai cessé de prendre l'avion il y a des années, pour des raisons énergétiques et environnementales, mais j'ai continué à voyager plus que la plupart de mes connaissances - j'écris ceci sur un train traversant les États-Unis. J'ai eu à changer ma perception de l'importance du temps passé à voyager - ce qui veut dire que je fait moins de voyages, mais qu'ils sont plus longs. J'ai aussi pratiquement cessé d'aller à des endroits où je ne connaissais personne - c'est la différence entre le tourisme et le voyage. Je m'efforce de découvrir une culture à travers les yeux des gens qui y vivent, plutôt qu'à travers un guide de voyage.

 

je collecte des fonds - l'argent est un grand mal souvent nécessaire. J'ai appris à le diriger vers des projets et campagnes de financement importantes.  Je n'ai jamais pu me défaire du sentiment qu'il y avait quelque chose de malsain dans cette solution et mon égo a eu des moments difficiles en ce qui a trait à la recherche de fonds. Quand c'est une activité que je faisais beaucoup, je sentais à quel point ne pas avoir de maison à moi, ne pas avoir de salaire et vivre très frugalement pouvait être préférable.

 

Les anarchistes semblent ou bien être du type individualiste et solitaire, ou bien être des coopérateurs à la recherche d'alliés.  Je suis toujours à la recherche d'allié-es.  Le succès des récentes manifestations contre la Banque Mondiale et l'OMC vint de la capacité qu'eurent des groupes divergents de mettre de côté leurs différents assez longtemps pour s'unir en un mouvement de masse efficace.  La globalisation et les institutions souvent invisibles aux médias qui en sont les maîtres d'œuvre sont maintenant objets d'un débat populaire et ne pourront demeurer inchangées.  Nous sommes loin de les avoir vaincues, mais l'idée d'annulation de la dette gagne du terrain et le programme de l'OMC semble avoir été déraillé - deux bonnes choses.  Le travail des anarchistes fut central dans l'organisation de ces actions et la construction de ces larges coalitions.   Et il y a de nombreuses autres formes d'alliance - mon amoureuse Jazz, habile avec les mots, a révisé ce texte...  Presque tout projet d'ampleur significative est un effort collaboratif, et plusieurs qui échouent n'avaient simplement pas rassemblé les bons alliés.
 

je suis un organisateur- Il y a plusieurs différences clé entre un organisateur et un leader.  La première est qu'il n'y a pas de travail dégradant pour un organisateur.  Illes sont assez conscients d'eux-mêmes pour savoir ce qu'illes peuvent enseigner et suffisamment humbles pour savoir qu'illes ont encore beaucoup à apprendre.  Toujours pressés par le temps, de bons organisateurs ne tombent pas dans des culs-de-sac et ne sur-analysent pas les problèmes.  Illes se trouvent un remplacement plutôt que de laisser un travail inachevé (quelque chose en quoi j'ai souvent échoué) et illes demeurent le plus souvent invisibles pour l'œil de la gloire.

 

Dans une petite station de train de Tchécoslovaquie j'ai aidé un homme à s'acheter un billet international et nous avons pris le temps de converser. Il m'a dit qu'il avait le meilleur boulot au monde, voyageant d'endroit en endroit pour raconter des histoires.  Après avoir écouté une de ses histoires et y avoir pensé longtemps, j'ai décidé que c'était un boulot merveilleux et important et travaille depuis ce temps sur mes habiletés de conteur.

 

je suis un optimiste - si le principe de l'anarchisme est « tu peux faire ce que tu veux, mais tu dois prendre la responsabilité de tes actions », et que l'on croit en l'adage New Age « nous créons notre propre réalité », nous avons alors l'obligation d'être optimistes - ou bien nous créerons la mauvaise réalité.  Pendant sept ans j'ai vécu en Europe de l'Est avec de petits groupes anti-nucléaire luttant contre les plus puissantes corporations et contre l'État.  Je leur rappelais sans cesse que c'étaient des groupes comme les leurs qui avaient déjà fermé des réacteurs à travers le monde.  Comme papa Chomsky le dit si bien : si vous assumez qu'il n'y a pas d'espoir, alors vous garantissez qu'il n'y aura pas d'espoir.  Si vous assumez qu'il y a un instinct de liberté, qu'il y a des opportunités de changer les choses, alors il y a une chance que vous puissiez contribuer à faire un monde meilleur.  C'est votre choix.

 

Je suis dans le commerce de l'espoir.  Et c'est pourquoi je suis un anarchiste.

 

Paxus at East Wind

26 Winter Wonderland 10

1 comment (+add yours?)

par Anonyme on lun, 05/29/2017 - 16:39

Waw  que dire de ce beau texte ? J'aime beacoup tes valeurs , j'ai les même mis à part le polyamour ;) Je suis contante d'avoir trouvé quelqu'un qui partage pratiquement toutes les mêmes idées je croyais être seule . Bref je m'exprime très mal ....... Je te souhite une bonne soirée.

P-S: J'admire les voyages que tu as fais , quelles expériences !!!! ;-)

 

Publier un nouveau commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question est posée pour tester si vous êtes ou non un humain et pour prévenir l'invasion des robots!