Infolettre du Manoir - no 1 - automne 2013

Un "Manoir"... quelle idée?!

Écrit par Arielle
10/09/2013 - 14:51

MANOIR n.m. - XIIe siècle - du latin manere, résider, demeurer, de l'ancien français maneir, manoir.

Habitation ancienne et de caractère, d'une certaine importance, mais n'ayant pas le rang de château, à la campagne. [Larousse 2005]

Habitation seigneuriale entourée de terres. [Mutli-Dictionnaire 1997]

Logis seigneurial; petit château ancien à la campagne. [Petit Robert 1996]

** Le texte suivant est basé sur une définition très libre et bien peu rigoureuse de ce qu'est un Manoir. Voyez-le comme un symbole, une porte vers un imaginaire débridé, dans lequel vous êtes invités à entrer... à vos risques ;-)

Pourquoi un Manoir?

  1. Parce que c'est beau
  2. Parce que c'est grand et spacieux
  3. Parce que même si on vit simplement, ca veut pas dire qu'on vit dans la crasse, le petit et le laid
  4. Parce que c'est relié à l'histoire. L'obsolescence programmée est un concept qui n'existe pas depuis longtemps, alors que l'idée d'un manoir, elle, ne se démodera jamais.
  5. Parce que c'est un rêve, c'est une bulle, c'est grandiose et c'est drôle
  6. Parce que le concept de manoir est associé à une autre structure sociale (le féodalisme), qui est en-dehors du capitalisme (ni meilleur, ni idéal, mais différent). Penser que l'humanité peut s'organiser d'une manière différente que le capitalisme est la première étape pour construire un autre possible.
  7. Parce que y'a plein de blagues et d'histoires à raconter sur le thème du manoir
  8. Parce que les nobles et les aristocrates baignaient dans la « culture », l'art, le loisir et la réflexion créative. Dans leur manoir, ils vivaient l'hédonisme, l'épicurisme et le plaisir. Nous militons pour un partage égal de la luxure. Viva!
  9. Parce que on s'approprie le pouvoir des riches : révolution des classes sociales!
  10. Parce que c'est théâtral
  11. Parce que c'est de la déconstruction (qu'on construit)
  12. Parce qu'un manoir entouré de ses jardins, c'est en grande partie autosuffisant et parce qu'au XVIe siècle, dans le temps de la conception des manoirs, il n'y avait pas d'électricité
  13. Parce qu'on veut avoir du pouvoir dans notre région, une influence sur notre communauté élargie
  14. Parce que, dans un manoir, tout le monde, toutes les classes sociales, vivent ensemble dans le même lieu
  15. Parce que, comme un château (ok, un château et un manoir, c'est pas la même chose, mais...), où les gens du bourg venaient chercher protection lors d'attaques ennemies, notre manoir est une place forte, un refuge contre les attaques de la société capitaliste
  16. Parce que, un manoir, c'est une référence connue, on peut tout de suite s'imaginer de quoi ça peut avoir l'air.
  17. Parce que c'est une idée qui peut attirer des gens
  18. Parce que c'est une réponse à l'absurde des châteaux banlieusards pour 2 personnes
  19. Parce que on va créer une brèche dans l'espace-temps
  20. Parce que c'est un endroit magique
  21. Pour les mariages stratégiques
  22. Pour ses balcons, ses escaliers et, surtout... ses passages secrets!
  23. Parce que... pourquoi pas!? Tant qu'à faire une estie de grosse maison!

 

 

Et vous, quelles sont vos raisons? 

 

Fin de la définition d'un manoir (wikipédia)

« La construction de ces bâtiments remonte souvent au xve siècle ou xvie siècle, c'est-à-dire le siècle qui a suivi la fin de la guerre de Cent Ans, témoignant d'une prospérité retrouvée, même si toujours en proie à la crainte de troubles.

Un manoir avait généralement l'aspect identique à une maison forte ou à un château constitué d'un corps de logis et de dépendances formant les ailes entouré de champs, de fermes, de pâturages et de bois. Ce n'était en aucun cas un édifice à vocation militaire, donc pas un château fort, puisqu'il était interdit au vassal maître des lieux de l'équiper de tours et d'un donjon.

[…] Le domaine du manoir était largement autosuffisant et faisait commerce de certains surplus avec d'autres manoirs afin d'acheter le cas échéant quelques produits rares. Au gré du développement des marchés dans les villes du Moyen Âge, les manoirs commencèrent à se spécialiser dans certaines productions : fabrication de fromage, élevage de porcs, viticulture, culture des céréales ou des légumes, etc.

Le « maître » occupait le manoir avec sa famille, quelques domestiques et serviteurs. La population du domaine était composée essentiellement de paysans. »

Wikipedia, http://fr.wikipedia.org/wiki/Manoir]

Mots-clés

Situation géographique 1.1 : où ça, votre Manoir?!

Écrit par Arielle
08/30/2013 - 14:54

Quand on parle de notre projet, on nous demande souvent : ah ouais? Et où voulez-vous faire ça?

Eh bien, on hésite entre plusieurs régions.

Voici quelques éléments de réflexion que nous partageons avec vous. Une série d'articles vous permettra de voir l'évolution de nos idées.

Situation géographique 1.1 : où ça?!

Une chose est sûre, c'est que ça se fera au Québec.

  • Parce que c'est francophone

  • Parce qu'il n'y en a pas encore qui réponde à ce qu'on cherche

  • Parce que c'est chez nous : tant qu'à tenter de régler les problèmes dans le monde, aussi bien commencer par soi-même!

  • Parce qu'on y trouve une « sociale-démocratie » mieux ancrée qu'ailleurs en Amérique du Nord (que les mesures d'austérité s'amusent en mettre en miette, qu'à cela ne tienne, nous nous défendrons!), qui offre de bonnes conditions de vie, et donc un tissu social propice à soutenir une communauté intentionnelle

  • Parce que cette position stratégique et privilégiée offre la possibilité d'avoir un impact sur les rouages du capitalisme

Mots-clés

Situation géographique 1.2 : dans quelle région, votre Manoir?!

Écrit par Arielle
09/05/2013 - 22:52

Quand on parle de notre projet, on nous demande souvent : ah ouais? Et où voulez-vous faire ça?

Eh bien, on hésite entre plusieurs régions.

Voici quelques éléments de réflexion que nous partageons avec vous. Une série d'articles vous permettra de voir l'évolution de nos idées.

Situation géographique 1.2 : dans quelle région?

Puisqu'il faut bien commencer quelque part, voici, intuitivement, où se situe notre intérêt d'établir notre communauté dans certaines régions du Québec. On spécifie, pour quelques unes, la raison qui justifie le positionnement. 

Régions du Québec envisagées

Oui   Peut-être   Non

Gaspésie --- Baie-des-Chaleurs

  • CESA
  • On a un bon réseau
  • Région dynamique
      Gaspésie --- Haute-Gaspésie

Bas-St-Laurent

  • Sageterre
  • Région dynamique
  • C'est beau
       
  Charlevoix      
     

Saguenay - Lac-St-Jean

  • Communauté du GREB
 
        Abitibi
        Côte-Nord

Cantons de l'Est

  • St-Camille
  • Agriculture
      Beauce

Laurentides

  • TerraVie
  • Ferme Morgan
  • Région dynamique
   

Montérégie

  • cher
 

Lanaudière

  • Ste-Émilie-de-l'Énergie et l'Université de la Terre
 

Outaouais

  • On ne connaît personne
   
Mots-clés

Formation forêt nourricière

Écrit par Arielle
09/13/2013 - 11:52

La fin de semaine du 23-24-25 août 2013, Arielle et Audrey ont assistés à la formation donnée par Stefan Sobkowiak de la ferme Miracle.

Au niveau théorique, nous avons parlé de certains principes de la permaculture. Nous avons abordé les trios de plantes des différents palliers, le NAP (Fixateur d'Azote-pommier-poirier ou prunier) et le design des terrains.

Au niveau pratique, nous avons appris à faire les boutures des arbustes, la greffe des arbres ainsi que la taille des arbustes et des arbres.

Le groupe était super, plusieurs activités sont en cours de route cet automne.

Conférences données en août 2013

Écrit par Audrey
09/13/2013 - 13:07

Arielle et Audrey ont donnés trois conférences dans la Baie-des-chaleurs en août-septembre 2013.

La première a eu lieu à Saint-Siméon avec 3 femmes intéressées par les communautés.

La deuxième était au CESA avec une dizaine de personnes. La discussion s'est poursuivie au tour d'un feu de camp riche de l'expérience de plusieurs personnes présentes.

La dernière a été avec une seule personne qui était vivement intéressée aux communautés et qui voulait une petite conférence privée. À ce point, c'est plus une discussion mais basée sur les communautés que l'on a déjà visité.

Nous sommes intéressées à en faire d'autres dans la Baie-des-chaleurs ou dans la région de Montréal en Octobre.

Première visite de terrain

Écrit par Audrey
09/15/2013 - 09:12

Au printemps dernier, nous sommes tous les trois allés visiter notre premier terrain à vendre. Par une journée plutôt grise et pluvieuse, nous sommes allés à New Richmond, à 3 km de la 132 et d'une épicerie, entre le 3ième et le 4ième rang pour voir une terre de 150 acres. Le propriétaire vendait le tout 150 000$. Sur la terre, il y avait trois champs entretenus sans pesticides et à pente douce vers le sud, trois forêts matures, une pépinière de pin, deux granges dont une avec l'électricité, l'eau courante et la fosse sceptique. De plus, il y avait un ou deux lots à bâtir. À moyen terme, la maison du père serait à vendre parce qu'elle est enchassée dans le terrain. Nous avons pris plusieurs photos. Nous avons conclu que plusieurs aspects en soulignés nous intéressait mais que le prix était beaucoup trop élevé. En effet, le terrain est évalué à 30 000$.

 

Mots-clés

Visite de la Maison Fauvel

Écrit par Arielle
09/17/2013 - 20:52
 
Le dimanche 15 septembre, nous avons visité la Maison Fauvel, à Bonaventure.
« La maison est un projet de construction selon le principe des trois E (Économie, Écologie,
Ergonomie) qui intègre le montage modulaire à la technique solaire passive dans le
respect du confort des résidants. Elle a été conçue, planifiée, construite et aménagée
entre juillet et décembre 2012, et l’aménagement paysager a débuté en 2013. »

 

Je retranscris ici quelques notes prises lors de la visite :

  • Les architectes ont d'abord proposé un questionnaire aux futurs propriétaires afin de bien déterminer leurs besoins, et proposer les plans d'une maison réellement conçue autour de leur vie.

  • La maison est bâti sur 3 étages. Elle mesure 48 pieds de long par 16 pieds de large, dimensions pensées pour s'adapter au transport routier. En effet, la maison a été faite en usine : le premier étage est arrivé en panneaux, le second et le troisième (aménagé dans les combles du toit) ont été livrés déjà montés et finis. Elle est faite en hauteur car la dalle est un élément coûteux. Constatant que les propriétaires approchent la fin cinquantaine, et que les chambres sont aux étages supérieurs, nous nous sommes questionnés sur la possibilité d'adaptation de la maison à l'évolution de leurs besoins dans les prochaines années.

  • Élément intéressant : la dalle géothermique. La dalle de béton est assise sur des fondations de béton de 8 pieds de profondeurs, remplies de terre et de gravier. Ces fondations, nécessaires jusqu'à une profonfeur d'environ 4 pieds pour éviter les mouvements dûs au gel et au dégel, ont été agrandies afin de créer une sorte de cheminée dans laquelle la « chaleur » du sol peut monter. Selon les concepteurs, ce serait plus efficace si elles étaient encore plus profondes, mais ces dimensions sont suffisantes pour faire une différence. J'ai trouvé intéressant cette utilisation de la géothermie qui est plus « physique » et ne nécessite pas de système mécanique, qui est plus simple que technique. Enfin, la maison est énormément vitrée sur un côté de sa longueur, celle qui donne vers le sud et vers la Baie-des-Chaleurs. La dalle de béton sert donc de masse thermique. L'angle du soleil, plus bas l'hiver et plus haut l'été, permet de régulariser la température et d'éviter les surchauffes, grâce à des pare-soleil.

  • La maison est chauffée à l'électricité. La dalle de béton est également munie d'un chauffage radiant. Les architectes ne recommandent pas, toutefois : ce n'est ni nécessaire, ni confortable selon eux. De plus, la méthode de chauffage idéale avec la dalle de béton serait le foyer de masse, mais les propriétaires souhaitaient s'éviter la corvée du bois de chauffage.

  • L'escalier menant au étages supérieur est au centre de la maison, et le trou d'escalier est ouvert jusqu'en haut, de façon à créer une cheminée pour que la chaleur monte et que l'air circule bien. Il n'y a donc pas besoin d'échangeur d'air, bien que la maison soit isolée à la laine minérale, et entièrement étanchéisée. De plus, cet espace est parfait pour faire pousser des plantes, excellent régularisateur d'humidité et de qualité de l'air.

  • Il n'y a pratiquement aucune porte dans la maison, sinon pour les salles de bain et la salle de rangement. Cela crée une impression d'ouverture, une grande luminosité, une bonne circulation de l'air, etc. Notre réflexion fut toutefois de se dire que cette disposition est peut-être intéressante pour un couple à la retraite sans enfant, mais s'appliquerait difficilement à une communauté! Nous avons également constaté que l'atrium, la pièce centrale ouverte jusqu'au troisième étage, porte trop bien le son pour être viable dans un milieu de vie partagé par plusieurs personnes.

  • Enfin, nous avons appris que les lois viennent de changer concernant la fenestration : il est désormais interdit que la surface des ouvertures (portes et fenêtres) dépasse 30% de la superficie de murs. Cela est logique dans un sens, puisque les normes d'isolation augmente et que les ouvertures sont un point faible. Toutefois, ces normes ne tiennent pas compte des principes utilisés en construction écologique, au chauffage solaire passif et aux masses thermique. Ce sera peut-être un défi de plus pour les éco-constructeurs!

Mots-clés

Visite à la banque!

Écrit par Audrey
09/19/2013 - 00:00

Costumés de nos plus beaux habits, nous sommes tous les trois allés à la caisse Desjardins des Quatre-vents pour mieux connaître les montants des prêts possibles. Dans cette rencontre d'une heure, nous avons appris plein d'informations tels que:

- Acheter un terrain sans maison occasionne un prêt de dix années maximum. C'est un prêt personnel, et non une hypothèque. Le prêt sera à un taux d'intérêt d'environ 9% (presque le double d'une hypothèque habituelle)

- Si on emprunte 75 000$ pour un terrain, il faudra payer hebdomairement 240$ pendant 10 ans et par le fait même payer 39 000$ de frais d'intérêt

- Pour une maison, si on emprunte 250 000$, il faudra payer hebdomadairement 392$ pendant 25 ans et par le fait même payer 60 000$ de frais d'intérêt.

On a aussi appris qu'ils ne voient pas ça souvent, des gens qui veulent acheter un terrain à plusieurs personnes. Ils nous disent que ça leur fait plaisir si l'on est plusieurs à payer puisqu'il y a plus de chances que l'on effectue nos paiements mensuels et qu'il y a plus de personnes à poursuivre si l'on ne paie pas! Néanmoins, pour acheter une maison à plusieurs, le monsieur de la caisse nous dit: ça dépend quel est le projet, si les acheteurs veulent faire une commune: Non, on ne prêtera pas, mais si c'est un projet qui a de l'allure, alors oui, on prêtera!

On s'est vraiment retenu pour ne pas rire. On est parti avec plein de chiffres dans la tête et ayant une meilleure idée de ce que signifiait emprunter à la banque.

 

Mots-clés

Visite d'un hôtel à vendre

Écrit par Audrey
09/21/2013 - 10:18

Nous trouvons important de faire des visites de terrains et de maisons à vendre pour nous familiariser avec les prix en cours, les préférences que l'on a et à apprendre à mieux saisir les opportunités lorsqu'elles se présenteront pour de vrai.

Pour notre deuxième vraie visite, fait à la mi-septembre 2013, nous sommes allés voir un hôtel/ gîte à vendre au centre-ville de New Richmond. L'hôtel est à vendre pour 450 000$, il fait environ 30' par 75'. Plus deux bâtisses reliées à la principale qui rajoute un bon 30' par 20'. Il y a une cave plutôt fonctionnelle avec un atelier, un rez-de-chaussée avec, entre autre, un bar qui fonctionne à tous les vendredis soirs, une grande cuisine commerciale, une salle à manger, deux salons et quelques chambres.En tout, il y a 12 chambres dont 7 à louer dans l'état actuel. Les chambres ont toutes des lavabos et la plupart partagent des toilettes communes. Au 1er étage, il y a d'autres chambres. De plus, il y a un grenier où il y avait autrefois des chambres pour les travailleurs. Le toit n'est pas isolé et est à refaire.

À l'extérieur, il y a un grand terrain avec deux bâtisses dont un, complètement inutilisable et l'autre assez petit.

Nous calculons que le chauffage au mazout coût environ 10 000$ par année et qu'ils ont des revenus d'environ 3000$ par mois. (le bar, les chambres à louer à 75$ par nuit et le salon de bronzage)

On a aimé le frigidaire qui s'ouvre par une grande porte, la grandeur de la cuisine commerciale, la proximité du village,la salle de bar. qui pourrait devenir un café-bar avec musique alternative. On a moins aimé la non-possibilité de faire du jardinage, le prix, les chambres un peu trop petites,le trop grand nombre de toilettes,évier,etc.

Mots-clés

Visite du château Bahia

Écrit par Arielle
09/21/2013 - 00:00

Après la visite du Manoir à New Richmond, nous nous sommes rendus à Pointe-à-la-garde, visiter le légendaire Château Bahia.

Issu du rêve d'un homme qui souhaitait vivre dans un château, cette folie est devenue réalité au bout de 15 années de labeur. Aujourd'hui, des gens de partout à travers le monde arrête par curiosité, tellement qu'il a démarré une auberge! Nous l'avons rencontré dans sa salle de réception, où il a bien voulu répondre à nos questions tout en dégustant des bonbons.

Il nous a finalement invité à le contacter lorsque nous serions à l'étape de construire, à notre tour, notre somptueuse demeure ;-)

Mots-clés

Problèmes structurels: comment éviter les pièges et "réussir"

Écrit par Audrey
09/22/2013 - 12:09

Nous aimons bien le livre écrit par Diana Leafe Christian sur les communautés. (Vivre autrement: écovillages, communautés, cohabitats, Éditions écosociétés) Certains passages sont très importants, surtout quand il est question d'être dans les 10% qui réussissent au lieu des 90% qui échouent à créer une communauté!

Alors, selon Diana, l'échec provient d'un conflit structurel, à savoir un problème qui surgit quand les fondateurs d'une communauté n'ont pas établi au départ des processus clairs ou pris des décisions relativement à des questions importantes, laissant ainsi des lacunes dans leur cadre organisationnel.

Voici donc,en résumé, 6 moyens de désamorcer les conflits structurels. (p.39-42)

1- Définissez votre vision de la communauté et rédigez un texte qui la présente. Cette vision devra donc être définie et discutée de manière approfondie, avant d'être ratifiée et rédigée, dès le début de votre entreprise commune.

2-Choisissez un processus de prise de décision équitable et participatif à votre groupe. Si vous optez pour le consensus, entraînez-vous.

3-Établissez des ententes claires...par écrit. Vos ententes, qu'elles soient banales ou essentielles, juridiques ou financières, doivent toutes être couchées sur papier.

4-Développez de bonnes aptitudes en communication et en processus de groupe. Ayez comme priorité la clarté de la communication et la résolution de conflits

5-En choisissant cofondateurs et nouveaux membres, ciblez la maturité affective. Concevez un processus qui vous permettra de choisir et d'intégrer de nouvelles personnes tout en filtrant celles dont les valeurs, la vision ou les normes de comportement ne correspondent pas aux vôtres.

6-Cultivez les habilités mentales et émotionnelles requises. Fonder une communauté, c'est un peu comme se lancer en même temps dans une nouvelle entreprise et un mariage-deux projets qui sont tout aussi sérieux l'un que l'autre: ils demandent le même savoir-faire en planification et en finance qu'une entreprise commerciale gagnante, et la confiance, la bonne volonté et la communication honnête et  bienveillante que font les mariages réussis. Le sixième outil essentiel pour résoudre un conflit structurel consiste à prendre le temps d'apprendre ce qu'il vous faut savoir.

Inspirant, non?

Mots-clés